Vies de couleurs avec Frédérique PétorinUne medium et énergéticienne arc en ciel

Medium, karmathérapeute en soins énergétiques et peintre, Frédérique Pétorin guide, depuis sept ans, celles et ceux qui souhaitent se reconnecter à leur âme.

Passionnée par le monde des couleurs, cette femme solaire a créé le jeu de cartes « Se connaître par les couleurs », qui a été édité cet automne aux éditions Trédaniel.

 

Interview.

Frédérique Pétorin, dès vos jeunes années, vous avez exprimé votre nature sensitive et votre fibre artistique…

Durant mon enfance, j’avais une posture intérieure solitaire même si j’étais extravertie. Mon monde onirique était très riche. J’écrivais beaucoup, je scrutais le ciel.

À l’adolescence, je me suis procurée des jeux de cartes, par instinct.

J’avais notamment un coffret dans lequel je mettais mes oracles divinatoires. En faisant des tirages, j’avais l’impression d’exprimer mon monde intérieur. La sensation aussi d’être active. J’inventais des méthodes de tirage. Mes amies me demandaient quelques éclairages. Mes ressentis s’exprimaient clairement.

En parallèle, j’étais férue d’expression artistique. Dessin, peinture, poterie…En fait, je n’arrêtais pas de produire des créations en tout genre…À 13 ans, j’ai pris des cours de peinture aux Arts Déco. Par la suite, j’ai voulu me perfectionner afin de jongler avec la magie des couleurs.

D’ailleurs, cette passion des couleurs m’a toujours accompagnée. Pour l’anecdote, à l’âge de 40 ans, je me suis achetée de grandes toiles et j’ai laissé libre cours à ma créativité. J’ai retrouvé cette boulimie de l’enfance.


Parlons de votre intérêt pour le langage des couleurs…

Après mon Bac, j’ai travaillé dans un aéroport. Puis j’ai décidé de reprendre des études et je me suis engagée dans la voie de l’esthétique. Un pied de nez du destin puisque je suis devenue maquilleuse professionnelle. J’ai plongé dans le monde des couleurs avec délice !

J’ai été démonstratrice pour le compte de l’Oréal puis formatrice pour  la maison Guerlain. J’étais passionnée par mon métier car je pouvais laisser libre cours à mon intuition. Je savais au plus profond de moi quels étaient les goûts des clientes.

À cet âge, j’ai aussi entrepris un vrai travail sur moi, à travers une analyse freudienne. C’était l’époque de mon envol. De l’indépendance. De la libération pour ainsi dire.

 

Ces deux facettes de ma vie se sont entrecroisées.

 

Au fil des années, je ne me suis plus sentie tout à fait en phase avec mon métier car il était trop branché sur le courant commercial.

De l’autre côté, cette quête du Moi est devenue prépondérante et elle m’a ouvert la porte sur d’autres champs des possibles. Je me suis formée à la Gestalt Thérapie, à la relation au corps.

J’avais donc plusieurs cordes à mon arc pour offrir du mieux-être aux gens. J’ai mis ce savoir au service de femmes atteintes de cancer, à travers l’association « La vie de plus belle ». Puis le hasard faisant bien les choses (sourires), j’ai pu décrocher un travail à mi-temps dans cette structure : j’encadrais les bénévoles qui œuvraient sur 11 hôpitaux parisiens. Du coup, j’ai quitté mon emploi chez Guerlain et j’ai effectué un virage à 180 degrés.


Le chemin de la guidance

Cette activité m’a donc laissé du temps pour moi. J’ai ainsi pu développer d’autres compétences. Je me suis notamment formée à la psychologie de la femme sous la houlette d’une psychosociologue.

Un jour, une scène m’a fortement perturbée : dans une cour d’hôpital, une maman épuisée hurlait sur son enfant.  Je me suis dit qu’il n’était pas possible de laisser des mères de famille dans un tel état, qu’il fallait faire quelque chose pour les aider.

Constatant qu’il y avait un désert dans ce domaine, j’ai créé l’association « Les mamans d’accord » en 2009. Cette association, dont le logo a une forme de cœur, m’a permis de retrouver ma reliance.

Une évidence difficile à expliquer, une reconnexion avec ma mission d’âme.

Ma vie ayant basculé de manière volontaire, j’avais tout à reconstruire. J’ai suivi des modules en soins énergétiques avec Inna Segal durant deux années. J’étais enfin libre de sonder ma médiumnité, mon monde intérieur. Je me suis par la même occasion nettoyée de mémoires anciennes, de problématiques que j’avais travaillées jusqu’alors sur le seul plan analytique.

 

Ce fut une révélation pour moi !

 

Tout s’est alors ouvert : la clairvoyance, la clair-audience et la clair-sentence ont jailli de plein fouet.

Dès lors, j’ai ouvert un cabinet à Paris, que j’ai baptisé « Vies de Couleurs ».

Il est à l’image de mon activité, rempli de vibrations fortes tant par sa décoration que par les couleurs qui invitent à se détendre et à se relier. J’ai commencé  à travailler tout de suite.

Je n’avais plus besoin d’un protocole très établi. J’étais capable de lire dans le livre de l’âme de chaque consultant et de réaliser différents soins.

Puis il y a trois ans, j’ai donné vie à mon jeu de cartes « Se connaître par les couleurs ». C’était un prolongement de mon intériorité.
J’ai intégré au pouvoir des couleurs, la langue des oiseaux, les pierres précieuses, les clés, le transgénérationnel et le karma. Je l’ai fait traduire en anglais et je l’ai vendu  à mon cabinet et à différents salons de bien-être.

Il  y a quelques temps, les éditions Trédaniel m’ont proposé de rééditer ce jeu qui est pour moi le parfait symbole de l’ancrage.

À noter que j’utilise ce support lors de mes séances. Il me permet de faire un état des lieux et de savoir avec précision sur quoi je dois me concentrer lors du soin. Il me permet de ne pas faire de projection sur une personne et de connecter celle-ci à son inconscient.

 

 

Comment peut-on utiliser le jeu de cartes « Se connaître par les couleurs » ?

En premier lieu, la couleur jaillit. Lorsque nous tirons une carte, nous la vivons sur le plan vibratoire. Puis elle envoie un message subliminal à travers la phrase qui l’accompagne (nous pouvons alors obtenir plus d’informations en nous reportant au livret qui accompagne le jeu).

Enfin, l’inconscient pose une information sur la table en choisissant telle ou telle couleur.

Il est possible d’utiliser ce jeu tous les jours, afin d’avoir un éclairage sur l’énergie sur laquelle nous allons vibrer. Par exemple, si nous tirons la carte de couleur verte, c’est une invitation à exprimer ses sentiments, à être dans le partage.

 

De plus, ce jeu a un pouvoir

équilibrant sur le plan énergétique.

 

Nous pouvons aussi obtenir des réponses et des conseils en tirant trois couleurs. Je tiens à préciser qu’il a pour vocation de rendre automne chaque personne.

Nous ne sommes pas dans le caractère prédictif pur et simple mais bel et bien dans l’accompagnement, dans le développement personnel. C’est un peu comme un ami qui vous veut du bien, qui nous conseille sans nous imposer quoi que ce soit.


 

Vous proposez différentes séances. Racontez-nous….

Je propose donc « la séance tirage de cartes de couleurs », à travers le tirage du jeu et une séance.

Autre formule proposée : le soin karmique. Je me connecte aux vies antérieures qui ont besoin d’être soulagées. Je verbalise ce que je vois et ce que j’entends. Cette mémoire entre en résonance avec le vécu actuel de la personne qui vient me voir.

En faisant rejaillir un fait traumatisant, je permets au Karma de se libérer sur un domaine en particulier comme par exemple la peur d’avoir des enfants ou le rejet de l’amour. Ceci peut aussi avoir des incidences sur le plan physique. Une douleur chronique peut alors s’en aller car elle avait un lien avec une vie antérieure.

Tout est parfaitement orchestré, ce travail est très subtil. Je tiens à préciser que je suis accompagnée de « mes guides ». Les sous chakras de mes mains font la lecture et des images, des saynètes d’un passé lointain descendent en moi. Je lis d’une certaine façon quelques pages du grand Livre d’une âme.

Mes soins peuvent aussi s’articuler autour de la libération trans-générationnelle. Là encore, j’utilise en amont le jeu « Se connaître par les couleurs ».

Nous choisissons notre famille pour réaliser notre mission d’âme. L’important étant de nettoyer des héritages un peu trop lourds à porter et de pardonner. Ce pardon doit s’inscrire sur le plan mental, émotionnel et physique. Au final, l’âme pardonne et se pardonne.
Il existe d’autres types de séances. J’aimerais mentionner les séances de couleurs de l’âme. Je les ai mises en place en 2014.

Je capte la couleur de l’âme, qui est immuable durant toutes les incarnations. Elle donne une tonalité de notre expression, que ce soit de manière dissonante ou harmonieuse. Par exemple, une couleur orange terne va être synonyme de maladie et d’émotions extrêmes.

Par contre si la couleur orange est lumineuse, elle sera signe de mouvement. Elle reflétera une personne qui motive, qui encourage les autres.

La couleur de l’âme nous invite à nous reconnecter avec notre Source et à prendre conscience de notre mission  dans cette incarnation.
J’aime par-dessus tout donner des clés pour que chacun puisse retrouver sa liberté, son libre-arbitre.

À ce titre, chacun peut s’initier et se former au langage des couleurs. Je propose pour ma part des formations comme « La couleur de l’âme », « Se connaître par les couleurs » et des séminaires d’initiation et de perfectionnement en été.

Je donne aussi des conférences, je participe chaque année au Salon Zen et au Salon bien-être et Médecine douce à Paris, je publie tous les dimanches soirs sur mon blog un article sur le climat des couleurs pour la semaine à venir,  je suis en train d’écrire un roman sur les vies antérieures…. Ma vie est riche en sens et en couleurs.

J’invite chacun à découvrir le langage fascinant des couleurs car il a beaucoup de choses à nous apprendre, sur nous et sur notre environnement.

 

 

Site : viesdecouleurs.fr

Frédérique Pétorin propose des consultations et des séances au cabinet « Vies de Couleurs » à Paris.  

Rendez-vous. Tél : 06 09 56 83 28

 

 

Partagez directement sur FaceBook

La Rédaction

La Rédaction

Equipe rédactionnel du site Guide de la Voyance à votre écoute.

Contact : 01.75.43.91.17

http://www.guidedelavoyance.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *