Marie-Ange : Ma médiumnité m’a conduite sur le chemin du bonheur

Marie-Ange est médium, voyante et énergéticienne à Champnétery, près de Limoges.

Cette femme bienveillante a mis du temps à embrasser sa médiumnité. Mais depuis quelques années, elle lui a ouvert sa porte et son cœur.

Marie-Ange éclaire, aide, et retisse le lien avec les défunts.

Ses consultants sont touchés par son 6ème sens porteur de sens, ainsi que par sa générosité.

Votre médiumnité a toujours été présente en vous, même au temps de votre enfance…

J’ai toujours eu cette connexion particulière avec le monde invisible. Enfant, je me sentais « différente ».

J’entendais des voix. Par exemple, à l’âge de quatre ans, je me souviens très bien être descendue dans la cave pour aller chercher une bouteille d’eau. Et là, stupeur !  J’ai entendu « Marie, Marie ».

J’étais affolée.

Puis ces voix se sont manifestées de manière régulière. J’entendais aussi des chants religieux.

Je voyais également des ombres passer autour de moi. Elles étaient sombres ou blanches. J’ai compris très vite que les ombres blanches étaient en réalité des présences bienveillantes tandis que celles qui étaient noires ne véhiculaient que de l’angoisse et de la tristesse.

Cela faisait partie de mon quotidien.

J’ai fait silence sur mon état d’être.

 

À l’adolescence,  j’ai mis une certaine distance avec ce sixième sens.

 

Je ne voulais pas être malmenée. J’ai donc construit ma vie comme n’importe quelle jeune femme : études, travail, mariage…

J’étais dans le moule, ancrée dans une vie très cadrée.

Votre médiumnité a jailli suite à plusieurs événements personnels difficiles….

Après la trentaine, j’ai commencé à ressentir des événements personnels dont mon futur divorce. Ma voix intérieure tentait tant bien que mal de me parler, de m’avertir.

Un événement a déclenché beaucoup de choses.

Mon meilleur ami est décédé dans un accident de voiture. Il était comme un frère pour moi.

Le jour de son départ, j’ai « visionné » son accident.

Et lors de ses funérailles, je l’ai vu comme je vois des vivants, et il m’a dit « Au Revoir » en me saluant de la main.

Depuis son départ, il m’a poussée à vivre pleinement ma médiumnité.

Il me parle. Je le vois…

Le voile qui me séparait encore un peu du monde invisible s’est levé comme par enchantement.

Mes ressentis se sont accentués : visions, flashs, messages…

Je me suis retrouvée dans un état de chamboulement intérieur inouï.

Puis j’ai divorcé.

Après une petite traversée du désert, j’ai quitté mon emploi.

Je ne pouvais plus continuer comme avant.

Je sentais que de tous les côtés, on me poussait à changer de vie, à vivre à 100% ma médiumnité.

À  revenir à ma source intérieure.

 

Tout a donc basculé à mes 40 ans.

 

Entre-temps, une amie de l’époque m’a fait découvrir des oracles. Poussée par la curiosité, je me suis offert mon premier jeu de cartes divinatoires.

J’ai pris les cartes entre les mains et là, j’ai été très étonnée : les cartes me parlaient !

Je veux dire par là que je n’avais pas besoin de technique pour comprendre leurs messages.

Je me suis exercée, j’ai commencé à apporter mes éclairages à des proches. J’ai constaté que je faisais du bien aux autres par ce biais.

Peu à peu, j’ai senti que j’étais sur le bon chemin.

Je me sentais en harmonie.

J’ai dit « Adieu » à mon ancienne vie, à la peur et à l’inquiétude, et j’ai plongé dans ma nouvelle existence, le cœur léger et réparé.

L’écriture automatique a commencé à tenir une place importante dans votre vie…

Suite au décès de mon meilleur ami, j’ai ressenti le besoin d’écrire.

J’ai entendu une voix qui ne me lâchait pas et qui me disait : « écris, écris ! »

J’ai alors pris une feuille de papier et un crayon.

Poussée par une force extérieure, ma main a dessiné des cœurs, des ronds.

Des papillons apparaissaient sous mes yeux. Et une fois, je m’en souviendrai évidemment toute ma vie, sous le dessin d’un papillon, un prénom est apparu : celui de « Sébastien ».

C’était le prénom de mon meilleur ami disparu, et de son vivant, je le surnommais affectueusement « mon papillon »…

J’en ai parlé à des amis médiums.

Ils m’ont dit que je faisais de l’écriture automatique, et que ce serait l’un de mes outils de travail de prédilection par la suite.

Et ils avaient raison !

J’ai lâché prise et j’ai continué, sans résister.

Les mots ont commencé à venir, fluides et porteurs de sens.

J’ai réalisé que je dialoguais avec Sébastien, avec mon père, puis avec des défunts que je ne connaissais pas.

J’ai demandé à des amis de m’aider à développer cela en jouant le rôle du consultant.

La joie de laisser toute la place au dialogue entre le visible et l’invisible m’a envahie. Mes proches étaient stupéfaits et ravis de voir que le contact avec leurs chers disparus était bel et bien réel.

Que d’émotions !

 

Aujourd’hui, l’écriture automatique fait partie de mon quotidien.

 

Je propose d’ailleurs des consultations de contacts avec les défunts par le biais de l’écriture automatique. La demande est très forte.

Je dois préciser que je  n’ai plus besoin de l’écriture automatique pour entrer en contact avec les défunts, car le dialogue est instantané. De plus, je les vois.

Cependant l’écriture automatique permet de conserver une trace écrite de ce dialogue entre terre et ciel. Les consultants me disent souvent qu’ils relisent leur compte-rendu régulièrement, comme une lettre d’amour qui aurait traversé le temps.

Cette connexion avec l’Au-delà m’a beaucoup apporté sur le plan personnel.

Grâce aux esprits qui sont dans le monde invisible, j’ai beaucoup appris. Ils m’envoient de la lumière, de l’amour.

Ils me parlent aussi de leur travail « là-haut ».

Vous savez, ils nous invitent à porter un autre regard sur l’existence.

Grâce à eux, nous comprenons que nous sommes sur terre pour grandir et pour évoluer.

Ils nous portent, nous guident et nous protègent quand notre chemin est semé d’embûches. Ils se réjouissent lorsque nous sommes joyeux. L’amour est un fil conducteur puissant…

Ma mission de médium ne se résume pas aux contacts avec les défunts. Je suis aussi ce que l’on appelle une « passeuse d’âme », c’est –à-dire que j’aide les défunts « bloqués » entre deux mondes, à se diriger vers la lumière.

Être médium, c’est apporter son aide aux vivants, mais aussi aux défunts.

C’est être dans l’amour inconditionnel.

Vous exercez depuis trois ans maintenant près de Limoges. Comment travaillez-vous ?

Je me suis lancée le jour de l’anniversaire de mon papa, qui était décédé peu de temps avant.

Pour moi, c’était un signe.

Évidemment, certaines personnes de mon entourage n’ont pas compris ma décision. Pour elles,  s’installer comme voyante, ce n’était pas sérieux ! J’ai laissé dire.

Le temps a fait que nous nous sommes séparées peu à peu.

Celles et ceux qui me connaissaient bien, n’étaient pas surpris de me voir m’engager sur une telle route.

Ma mère a eu une réaction incroyable quand je lui ai annoncé que j’ouvrais un cabinet de voyance.

Elle m’a révélé que certains de nos ancêtres, du côté maternel (dont mon grand oncle) étaient magnétiseurs. Les secrets de famille ont volé en éclat.

Elle m’a aussi expliqué que dans la famille de mon père (issue des gens du voyage), il y avait eu de nombreux médiums et voyants.

Le don de médiumnité se transmet-il de génération en génération ?

Je ne sais pas mais force est de constater que j’avais un sacré héritage !

Dès le début de mon activité, j’ai proposé plusieurs types de consultations : par téléphone, par mail, ou en cabinet.

Lors d’une consultation par téléphone, je demande la date de naissance (même si je n’en ai pas véritablement besoin pour plonger en état de médiumnité), le nom de jeune fille et  le prénom.

Parfois, une photo est un « plus ».

 

Je me connecte à la vibration de la voix.

 

Dès le début de notre entretien, j’ai des flashs et des messages.

Puis j’utilise des oracles, dont l’Oracle Gé qui est mon fidèle allié, ainsi que mon pendule.

Les cartes me donnent les grandes lignes de la consultation. Puis je les lâche au bout de dix minutes. Et les visions et les flashs jaillissent sans crier gare.

À la fin de la consultation, les consultants me posent des questions précises. Pour confirmer mes ressentis, je m’aide de mon pendule et des cartes divinatoires.

J’aborde tous les domaines de la vie. J’évite seulement de toucher à la thématique de la santé.

Il arrive que lors d’une consultation de voyance, des proches disparus du consultant s’invitent au passage car ils ont quelque chose à transmettre. Je demande toujours au consultant s’il est d’accord pour recevoir ce message.

Je travaille aussi en cabinet, près de Limoges. Les consultations sont similaires. Le consultant apporte souvent des photos. L’échange est serein et plein de compassion.

Et puis, pour les consultations par mail, je me concentre sur une question précise. C’est l’occasion d’aider une personne rapidement et d’apporter une réponse claire.

La voyance nous permet de faire le point, de mettre en relief les blocages ou les personnes qui créent des nœuds dans notre cheminement.

Cela sert à prendre de la hauteur sur sa vie, et à voir au-delà des apparences.

Souvent, des événements difficiles sont nécessaires pour que nous puissions prendre une autre direction plus lumineuse.

Je suis bien placée pour vous le dire, au vu de mon parcours ! (sourires)

Marie-Ange, vous êtes aussi magnétiseuse et énergéticienne. Quels sont vos champs d’intervention ?

J’ai une activité que j’adore : le nettoyage de lieux et des personnes. J’enlève les énergies négatives, je pousse les entités présentes dans certains lieux, vers la lumière. De part ce travail qui fait déferler en moi des vagues d’émotions, je restaure la paix dans un lieu ou chez une personne.

Quand je travaille sur une personne, il est souvent question de blocages. Heureusement, nous ne sommes pas tous accompagnés d’entités trop collantes ! (rires)

Les personnes qui me demandent ce genre de travail me disent : « ma vie n’avance pas, je n’ai pas de chance dans mon travail, dans ma vie sentimentale…etc ».

Mon rôle consiste à enlever cette négativité qui s’est accumulée souvent depuis des années.

La personne ressent une libération et les premiers résultats peuvent se faire sentir dans les semaines à venir.

En supprimant la négativité, nous mettons ces personnes en condition de recevoir le meilleur pour elles-mêmes.

En tant qu’énergéticienne, je travaille à mon cabinet et à distance. Lorsque le travail se fait loin de la personne ou d’une maison à assainir,

j’ai besoin de photos pour travailler.

Évidemment, toutes ces activités me demandent, comme pour tout médium, beaucoup d’énergie. Je me protège, je me nettoie moi-même et régulièrement, je fais appel à des confrères pour me « décharger ».

Un médium doit savoir s’écouter, prendre soin de lui, et avoir l’humilité de se faire aider pour rester en équilibre.

C’est une mission passionnante, enrichissante sur le plan humain.

Tous les jours, je dis « Merci à l’univers » pour cette nouvelle vie car depuis que j’ai accepté ma médiumnité, je suis vraiment heureuse et épanouie.

 

 

Marie-Ange

Médium

Consultation en cabinet et par téléphone

téléphone Champnétery (près le Limoges)

téléphone06.78.50.62.03

site Marie Ange

adresse mail

 

 

Partagez directement sur FaceBook

 

La Rédaction

La Rédaction

Equipe rédactionnel du site Guide de la Voyance à votre écoute.

Contact : 01.75.43.91.17

http://www.guidedelavoyance.com

1 commentaire sur “Marie-Ange : Ma médiumnité m’a conduite sur le chemin du bonheur

    Cizabuiroz

    (12 août 2017 - 15 h 43 min)

    J’apprécie votre simplicité et la façon dont vous abordez ce sujet.
    Je suis en pleine transformation actuellement et parfois l’aide et l’expérience personne ayant connu ce chemin serait bien utile.
    Merci pour ce partage.
    Delphine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *