Mickaël LÉVY Le coeur relié à la nature

On ne présente plus Mickaël Lévy.

Voyant réputé depuis plus de vingt-cinq ans, il est un homme à part.

Son parcours n’a pas été un long fleuve tranquille mais ses épreuves l’ont conduit à l’essentiel : la vie, l’amour, la nature et les animaux.

Mickaël Lévy pratique la voyance pure, sans support.

Qu’il soit à Paris, à Cannes, au Sri Lanka ou en Tunisie, il n’hésite pas à donner de son temps et un peu de son âme, pour aider ses consultants à voir plus clair dans leur vie.

Mickaël  Lévy a publié le livre «Je ne vous vois pas comme les autres… ». Un ouvrage où il se met à nu, lui qui ne s’est jamais paré de quelconque artifice.

Un récit où il invite chacun « à être soi et à rester soi ».

 

Interview.

Vous exercez la voyance depuis plus d’une vingtaine d’années… Comment avez-vous emprunté ce chemin ?

 

J’ai cherché à comprendre durant de nombreuses années pourquoi je ne fonctionnais pas comme les autres.

Le constat était là, clair et sans appel : j’étais différent, hypersensible, hyper-réceptif.

Je sentais les événements à venir, je les voyais se mettre en mouvement sous mes yeux.

Je prenais les émotions, les joies et les peines de celles et ceux que je côtoyais…….

Mais quel métier pouvais- je donc exercer pour être en lien avec le monde ?

Je souhaitais sortir des sentiers battus. Je peinais à trouver ma place dans la société.

Je me nourrissais de mes relations avec les autres.

L’argent n’était pas un moteur dans ma vie.

J’étais branché sur le courant des émotions et des sentiments.

Un pas dans le milieu de la voyance

Je ne connaissais pas beaucoup le monde de la voyance.

Mais ce que j’en apercevais –le folklore qui pouvait l’habiter- ne me convenait pas.

Pour ma part, je n’ai jamais voulu « me donner un genre ».

 

Je suis très « nature », tout le monde vous le dira.

 

De plus, je n’ai jamais eu besoin d’oracles, de tarots pour entrer en état de voyance.

Je regarde une personne dans les yeux, je me branche sur la vibration de sa voix, et je suis connecté à elle.

C’est naturel. Je n’ai donc pas besoin d’outils ésotériques pour travailler avec mes ressentis.

J’ai mis du temps à me décider.

J’ai d’ailleurs pris des chemins de traverse avant d’arriver à bon port…

Au fil de mes réflexions, de mes rencontres, j’ai donc décidé de faire de ma particularité, un atout.

Mon sixième sens, qui était là, tapi  en moi depuis mon enfance, devait servir à aider mon prochain.

Je me suis installé en tant que voyant professionnel il y a plus de vingt- cinq ans maintenant à Paris.

J’ai aujourd’hui 56 ans, je travaille désormais à Cannes, dans le Sud de la France, et  je me rends très souvent à Paris pour mes consultations.

 

Le Sud de la France est une terre importante pour vous. C’est là que tout a commencé finalement.

J’ai connu le Sud de la France, durant mon enfance. Celle-ci a été marquée par la maladie.

Atteint de rachitisme, J’ai effectué de nombreux séjours en sanatorium, dans le Var. 

Mon corps avait besoin de soleil, alors j’ai passé des semaines entières à m’offrir à cet astre qui est resté au cœur de ma vie.

Grâce à ces soins, j’ai réussi à  marcher à l’âge de sept ans. Une première victoire sur la vie !

Évidemment, en plus de la souffrance physique, j’ai subi une solitude morale. Mais comme toute personne dont la santé est affaiblie, j’ai développé inconsciemment d’autres sens.

De retour à la maison, à Paris, j’étais là, avec mes particularités.

Entouré de six frères et sœurs, j’essayais de ne pas attirer l’attention. De me faire tout petit pour ne pas déranger le bon déroulement de la vie de famille.

Mes flashs, mes ressentis focalisaient l’attention de mes parents, à certains moments.

Mais c’était une autre époque.

On ne prêtait pas autant d’attention aux enfants que maintenant.

Les années ont passé. Au fond de mon être intérieur sont gravés ces souvenirs, ces cicatrices, et ce besoin de me rendre utile.

Retour aux sources dans le Sud de la France

Hasard ou coïncidence, j’ai débuté mon activité de voyant dans le Sud de la France.

Moi, le parisien fou de nature, je me rendais régulièrement dans le Sud, pour prendre le soleil, pour sentir cette énergie particulière me traverser le corps et l’âme.

Conscient qu’il fallait que je fasse quelque chose de ma faculté de voyance, je me suis rendu sur les plages, dans des bars et j’ai donné mes premières consultations sur ces lieux improbables (sourires)

Au début, les gens me prenaient un peu pour un « bouffon ».

Un jour, une dame m’a regardé très sérieusement.

Elle m’a dit : « mais Mickael, vos prédictions sont d’une justesse incroyable ! Savez-vous qu’il existe un Salon de la voyance à Cannes ? »

Je me suis renseigné sur ce fameux salon. Je suis allé voir la responsable de cet événement d’envergure.

Elle m’a accepté sur le champ.

 

 

J’étais âgé de 27 ans. Le salon de Cannes m’a ouvert des portes.

 

Je suis sorti de ma marginalisation.

J’ai ensuite participé au Salon Parapsy, à Lyon, puis à Paris.

Et là, j’ai pris mon envol.

Je suis devenu en peu de temps, un voyant très sollicité.

Évidemment, il y a eu le revers de la médaille : certains se sont mis à me jalouser.

Au début de ma carrière, je n’ai pas eu conscience que le succès pouvait engendrer de telles réactions dans ce milieu de la voyance.

J’ai appris à tracer ma route, tout en me protégeant, bien évidemment. Je vivais à Paris, la ville où j’ai grandi.

Voyant professionnel, je vivais à cent à l’heure. Les consultations s’enchaînaient.

Heureusement, j’ai eu cet instinct : pour rester en équilibre, j’avais  le réflexe de m’échapper régulièrement, au cœur de la nature.

 

Je suis un homme relié à la terre. C’est ma  Source.

 

Le matin et le soir, où que je sois,  je me recueille devant la beauté de la nature. Je n’écoute que le silence.

Les années ont passé, j’ai senti ce besoin viscéral de m’installer dans le Sud de la France.

De revenir au cœur de la nature. Sur la terre qui m’avait guéri, moi le petit garçon qui ne pouvait pas tenir sur ses jambes.

J’ai donc  fait le chemin inverse.

Installé à Cannes, j’ai pris l’habitude de « monter » à Paris quelques jours par moi, pour assurer mes consultations à la capitale.

C’est mon équilibre.

 

Comment se déroule une consultation avec vous, Mickaël ?

 

Je pratique la voyance pure, sans support, en cabinet et  par téléphone.

 

Je ne parle jamais de santé. Mais par contre, je suis là pour éclairer le consultant dans sa vie personnelle, professionnelle.

Je me branche sur sa  voix.

Si une consultation s’effectue par téléphone, alors je demande à ce que l’on m’envoie une photo de moins de dix mois. Le regard est primordial pour moi. J’ai besoin de plonger dans l’âme du consultant par cette porte ouverte.

 

Mes consultants me demandent souvent de me voir, « en vrai ».

 

Pour eux, c’est important d’être face à moi physiquement parlant. Malheureusement, je ne suis pas toujours à Paris ou dans le Sud de la France d’ailleurs.

Je voyage en effet beaucoup depuis plusieurs années.

Je réside six mois par an, au Sri Lanka et enTunisie.

Je suis un habitant de la terre. J’aime embrasser d’autres cultures, et toucher du doigt la Source de vie, qui est commune à tous les peuples.

Ceci pour vous expliquer, que  mon choix de vie, m’a poussé à développer les consultations par téléphone.

Les consultants le savent. La qualité de ces rendez-vous est la même qu’en cabinet.

La voyance est basée sur l’énergie. Celle-ci ne se limite pas aux frontières géographiques !

Je mets un point d’honneur à trouver les mots justes pour délivrer mes messages. Avant d’être un bon médium ou un bon voyant, il faut être un psychologue averti.

Le consultant ne doit pas être heurté, blessé. Ce qui ne veut pas dire que je suis dans la complaisance, loin de là !

Mes consultants me connaissent, je peux avoir un côté un peu « cash » mais je regarde toujours si la personne est apte à entendre quelques vérités.

Pour donner une image, je mets le consultant devant un miroir et je l’invite à se regarder dans sa globalité. Puis je lui montre les différents chemins qui s’offrent à lui.

 

« Je dis souvent que je suis un médecin de l’âme »

 

Au-delà des prédictions, je mets en lumière le potentiel de chacun, j’aide à évacuer les peurs et les angoisses.
Dans la vie, tout est possible, j’en suis la preuve !

Mon début de vie a été très chaotique, et pourtant, à force de combat, de compréhension, j’ai pris le chemin qui correspondait à ma nature profonde.

Il faut savoir s’écouter.

Et fort heureusement, dans la vie, il y a ces rencontres-souvent karmiques-qui vous révèlent à vous-mêmes.

Comme bon nombre de mes confrères, je peux dire que j’ai porté certains de mes consultants à bout de bras.

Aujourd’hui, et là est ma plus belle réussite, ils sont dans l’acceptation, dans la confiance.

Quel bonheur de réveiller certaines personnes, qui étaient endormies ou emmurées dans leur douleur.

Ce métier est difficile, car nous prenons toutes les peines du monde, mais il est merveilleux, car nous plongeons dans la source de vie.

 

Dans votre livre « Je ne vous vois pas comme les autres », publié en début d’année, vous parlez de votre parcours de vie avec une grande sincérité. Vous avez aussi consacré un chapitre à quelques prédictions internationales. Mickaël, où va donc le monde ?

 

 

Nous assistons à la fin d’un monde. Il y aura un autre monde, mais notre génération ne sera plus là pour le voir…(sourires)

Tout est saturé, tout est bloqué. Nous sommes dirigés par l’argent.

Nous faisons  trop de mal à la terre et aux animaux.

Le mot saturation retentit dans mon esprit, comme jamais auparavant.

 

La nature m’a toujours parlé.

 

Elle a  toujours fait ce qu’elle voulait. Mais désormais, elle va donner une vraie punition à l’humain.

Elle nous a pourtant avertis mais nous avons toujours fait la sourde oreille….

Typhons, tsunamis, tempêtes seront courants, constants, sur tous les continents.

Les forêts vont être « abîmées » par une bactérie dévastatrice.

Les grands mammifères vont peu à peu disparaître. Dans vingt ans, ces animaux survivants seront protégés dans des sortes de zoos.

Et parlons des conflits entre les hommes : les guerres qui étaient jusqu’alors sporadiques, vont devenir constantes sur la durée.

Notre pays va entrer en guerre avec deux nations qui chercheront  à envahir son territoire.

La Russie va déployer son armée aux quatre coins du monde…

Les conflits religieux vont s’intensifier….Tout ceci n’est guère réjouissant, n’est-ce-pas ?

Vous savez, il faut prendre de la hauteur sur les événements de la vie, qu’ils soient personnels  ou collectifs.

Nous barrons la route à tout ce qui est vivant.

Alors évidemment, l’être humain va devoir être malmené, pour enfin comprendre le sens sacré de la vie.

 

Les bénéfices de la vente de votre livre seront reversés en faveur de la protection des animaux. Parlez- nous de votre combat en faveur de la cause animale.

Je suis relié aux animaux depuis toujours.

Enfant, ne pouvant marcher, j’étais à quatre pattes, à la hauteur de  mes animaux.

Je me suis mis à l’abri derrière eux.

Ils ne pouvaient pas me rejeter.

Très tôt,  j’ai senti leur amour infini. Je communiquais avec eux.

Ce lien si fort, si pur, est resté.

Les animaux ont besoin de nous, et nous avons besoin d’eux.

C’est de l’amour. Que de l’amour !

Très tôt, j’ai mis toute mon énergie en faveur de la  protection des animaux.

Que ce soit en France, au Sri Lanka ou en Tunisie, j’ai pris sous mon aile des animaux blessés, abandonnés.

Je les soigne, je les nourris, je les aime de tout mon cœur, de toute mon âme.

Ils sont mon havre de paix.

 

 

Mickael Lévy

Médium, voyant, auteur, conférencier

Consultation en cabinet et par téléphone

téléphone 06000 CANNES

téléphone04.93.94.69.09 ou le 06.20.36.04.00.

sitewww.mickaelevymedium.com

 

 

Partagez directement sur FaceBook

La Rédaction

La Rédaction

Equipe rédactionnel du site Guide de la Voyance à votre écoute.

Contact : 01.75.43.91.17

http://www.guidedelavoyance.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *