Patricia Darré : N’ayez pas peur de la vie

 

Par Anne Fiori, journaliste

 

Patricia Darré,  journaliste et medium, est un phénomène.

Ses livres se vendent comme des petits pains et elle n’hésite pas à mettre en poussière les fausses croyances qui collent à la peau du monde de l’ésotérisme.

Cette femme solaire au caractère affirmé vient de publier son quatrième livre « N’ayez pas peur de la vie ».

Interview.

On dirait que  « N’ayez pas peur de la vie » est avant tout un  livre d’encouragement adressé à vos semblables…

En effet, c’est une peu cela en filigrane. Nous sommes dans une période où beaucoup de personnes lâchent, d’autres partent véritablement et certaines le font même de manière délibérée.

Ceci est dû à notre époque où nous subissons un véritable changement vibratoire. De nombreux individus parlent depuis quelques années de vibrations supérieures et inférieures, de bien et de mal, d’ouverture des consciences et d’évolution planétaire…Je reste très pragmatique, je ne rentre pas dans ces débats où nous trouvons un peu de tout, de la spiritualité, des fausses croyances, de la religiosité…

Mais force est de constater que notre terre change, comme elle a d’ailleurs pu le faire dans un lointain passé. Elle est en train de s’élever sur un mode hertzien. Les fréquences évoluent. Notre mode vibratoire s’accélère ipso facto. Nous devons suivre le mouvement sans être réellement conscients de ce qui se joue en souterrain. Nous vivons de ce fait un stress infernal.

Bon nombre d’entre nous sommes  pris de vertiges, d’acouphènes, de troubles oculaires, de problèmes de tachycardie…

Le corps ne comprend pas ce qui lui arrive. Et les médecins n’arrivent pas à poser des mots sur de  tels symptômes. Je suis bien placée pour le savoir puisque j’ai moi-même vécu ce malaise, cet inconfort, dès 2008.

Nous parlons beaucoup d’une notion, celle de  « l’accélération du temps ». Et il est vrai que cette valeur du temps que nous avons créée n’est plus en adéquation avec la réalité du temps. À ce sujet, le Professeur Schuman, un physicien allemand, a établi une équation mathématique, qui pose ce constat : actuellement, l’être humain vit une densité du temps de 16 heures au lieu de 24 heures. Comprenez-par- là que nous n’avons plus que 16 heures au lieu de 24 heures pour faire tout ce que nous avons à faire dans la journée.

Vous expliquez que ce changement de fréquences a de nombreuses conséquences sur notre physique et notre mental.

De nombreuses personnes vivent actuellement des dépressions, des burn-out, perdent leurs repères familiaux, professionnels et personnels. Elles ne comprennent pas. Et ne pas savoir « pourquoi » bloque tout processus d’évolution et de transformation.

Dans ce livre, je pose des bases, j’explique pourquoi nous avons tous l’impression d’être secoués comme dans un panier à salade. Comprendre la raison d’être à ce malaise peut nous  permettre de  trouver des solutions afin de ne plus être passifs. Et des solutions, croyez-moi, il en existe de nombreuses comme ces médecines douces (la sophrologie, l’homéopathie, la relaxation) qui peuvent nous aider à passer le cap…Elles nous aident à relativiser, à respirer…

Évidemment, nous n’allons pas courir au quotidien chez des praticiens. Il est possible d’amorcer ce changement en nous adaptant, en modifiant nos habitudes. Regardez, nous avons désormais que 16 heures par jour au lieu de 24 pour faire tout ce que nous faisions jusqu’alors. Et bien aujourd’hui, nous devons lâcher un peu de lest !

Allons  à l’essentiel !  Nous ne pouvons plus  tout porter.

Il s’agit alors de conserver ce qui nous fait du bien, ce qui est vital pour nous. Le reste  doit être abandonné car nous ne sommes plus en mesure de tout gérer. Une fois que nous mettons en pratique cette évidence qui tient du bon sens, alors nous nous sentons plus légers et finalement, beaucoup plus libres.

Vous savez, prendre conscience de cet état de fait permet déjà d’aller beaucoup mieux. Nous devons changer de regard sur la vie. Nous ne sommes que des poussières d’étoiles…

Ce sujet de changement de fréquences, de nouvelles vibrations est très en vogue dans les sphères où l’on parle d’ésotérisme et de spiritualité. Ces discours me dérangent, moi qui suis cartésienne et très terre  à terre.

Lorsque j’entends parler de maîtres ascensionnés, de ceux qui sont élus pour vivre ce changement vibratoire et des autres qui resteront sur le carreau, je suis en colère. Toutes ces lois qui se basent sur le pouvoir, l’élitisme, la manipulation me font sortir de mes gonds et je me bats contre cela. Je suis en faveur d’une spiritualité d’intégration et non d’exclusion.

Quand les gens rentrent en spiritualité, on dirait souvent  qu’ils rentrent au Carmel. Ils deviennent incompréhensibles et ils s’excluent par eux-mêmes. Il suffit bien souvent de parler de manière rationnelle et simple pour expliquer clairement les choses, sans se prendre pour  un  pseudo –gourou  qui détient la vérité et qui prend le contrôle des pensées.

Dans votre livre, vous abordez un sujet peu connu,  celui de la « dualité » qui existe (aussi) dans le monde invisible…

Dans le monde invisible, il faut savoir que les choses sont comme sur notre terre. Il existe du négatif et du positif. Ce monde est rempli de différentes sphères, elles peuvent être  très noires ou très lumineuses. Il y a de tout. Donc il faut arrêter de croire que le monde invisible est celui des Bisounours. Ce n’est pas Disneyland !

Certains me disent : « oh mais que ton Au-delà peut sembler sombre parfois ! »

Je ne comprends pas pourquoi les médiums ne parlent pas de cette notion de dualité. Certains me disent : « moi je ne suis pas touché par ces mauvaises énergies».

Je n’y crois pas.  Nous sommes tous un jour ou l’autre confrontés à  ce côté sombre et négatif du monde invisible.

Lorsqu’une personne meurt, elle ne part pas forcément le cœur pur et avec l’envie d’embrasser la lumière. Alors, comment croyez- vous qu’elle va évoluer de l’autre côté du voile ?…

Tout est question d’évolution personnelle, d’ouverture du cœur et de compréhension.

L’au-delà est un monde intelligent. Il n’est que le reflet de ce que nous sommes, à un moment donné.

Dans « N’ayez pas peur de la vie », j’aborde aussi cette notion de dualité que nous pouvons retrouver dans  le cadre des Expériences de Mort Imminente. Lors d’une EMI, nous parlons souvent de lumière, de défunts qui viennent à nous…. Or il existe aussi des EMI dites « négatives », où les expérienceurs vivent un véritable enfer avec des images effrayantes et des peurs atroces.

Quand nous traversons ce genre d’expérience, nous nous retrouvons face à notre inconscient. Or, celui-ci ne ment jamais. Des zones sombres de notre inconscient peuvent prendre le dessus. À force de nous mentir, de ne pas nous regarder comme  nous sommes réellement, nous enfouissons nos pensées négatives. Et moi la première !

Mais un jour, celles-ci rejaillissent. Lorsque nous faisons une EMI, notre disque dur délivre une kyrielle d’informations : nos fausses croyances, nos paramètres éducatifs, nos pensées souterraines et inavouées… Lors d’une EMI négative, l’expérienceur se retrouve face à sa vérité du moment. Mais rassurez-vous, celle-ci est en perpétuelle évolution. S’il refaisait une EMI une semaine plus tard, il pourrait très bien vivre une expérience merveilleuse, baignée de  lumière.

Tout est en perpétuel mouvement. C’est le sel de la vie.

L’au-delà vous pousse dans vos retranchements. Dernièrement, il vous a demandé d’aider vos semblables  en devenant « l’assistante terrestre » d’un  certain Docteur Lang, un médecin britannique mort en 1937…

Je n’ai jamais eu envie d’être ce que nous appelons de manière sommaire  une « guérisseuse ». Mais là encore, on ne m’a pas demandé mon avis…(sourires)

Le 1er janvier 2013, je préparais le repas familial et j’ai eu une communication avec un certain Docteur Lang. Il m’a demandé si je voulais être l’une de ses intermédiaires pour soigner les gens. Je lui ai dit : « je ne suis pas guérisseuse ». Je ne comprenais pas. De plus, j’étais pressée, ce n’était pas le moment pur moi d’avoir ce genre de communication. Ma famille allait arriver et rien n’était prêt (rires) !

Le Docteur Lang est revenu vers moi. Poussée par la curiosité, je suis allée faire un tour sur Internet pour voir si ce Docteur avait réellement existé. Et bien oui ! Donc je l’ai un peu plus écouté.

Ce médecin était mort depuis 1937.  Il m’a expliqué que son médium, Monsieur Chapman, était décédé après plusieurs dizaines d’années de collaboration entre terre et ciel  et il cherchait des mediums « passifs » pour aider les hommes sur terre.

J’ai fait de la résistance et puis j’ai accepté sa dem ande.

Depuis, et je ne le fais que de manière occasionnelle, le Docteur Lang intervient à travers mes bras, et il soigne certaines personnes.

Je suis la première surprise. Lors de ces séances, Le Docteur Lang me fait faire des gestes qui peuvent sembler incongrus. Les gens s’endorment puis ils se réveillent. Et ils vont mieux. Moi, je ne suis qu’un intermédiaire. Ce qui veut dire que je ne peux rien faire si le Docteur Lang n’est pas à mes côtés. J’ai essayé ! Et je vous le dis, je ne suis pas une guérisseuse, une magnétiseuse mais juste un intermédiaire pour le Docteur Lang.

Durant ces séances de soins, je peux décrire ce que je vois. Je vois tous les organes (alors que je n’avais pas de connaissances profondes en anatomie), je vois le Docteur Lang qui intervient sur un corps qui se situe à 30 centimètres du corps physique… Je suis souvent ahurie. Dans le cas d’une sciatique, je vois repartir le « patient » en pleine forme. Cela heurte mon mental, croyez-moi !

J’ai souvent entendu parler des médecins du ciel, de chamanisme…Ces sujets m’ont toujours semblé irréels, dangereux, et me voici en plein dedans. Je suis d’un pragmatisme épouvantable, je l’admets et le monde invisible n’a de cesse de me pousser dans mes retranchements.

J’ai beaucoup de recul sur la vie, et également un vrai sens de l’humour. Souvent je me dis : «  alors, que vont – ils encore me demander, histoire que je me ridiculise un peu plus ? »

Je suis le mouvement. J’accepte mon évolution. Depuis vingt ans, mon ego a été mis K.O.

C’est mon éditeur qui m’a demandé de parler dans le livre de ma fonction de « guérisseuse » aux côtés du Docteur Lang. Je  ne voulais pas. J’avais conscience que ce témoignage pouvait me poser des problèmes. Je me suis dit « le corps médical va me tomber dessus, je vais passer pour une folle »…

Et puis j’ai lâché prise. Comme à chaque fois.

Peu importe ce que certains peuvent penser de moi, je passe déjà bien souvent pour une femme un peu foldingue…J’ai choisi la voie de l’abnégation. Je témoigne de mon vécu, je ne suis pas là pour convaincre qui que ce soit.

Un jour, sans doute dans quelques centaines d’années,  nous comprendrons mieux à quel point le monde invisible peut être présent dans notre vie, à quel point tout ceci est parfaitement normal…

Livre « N’ayez pas peur de la vie », de Patricia Darré, éditions Michel Lafon.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *