1er site d'informations sur la voyance
Lien facebook guide la voyance

"Les morts sont parmi nous"
du médium Alain-Joseph Bellet

Par Anne Bouquet

mci

Après le livre « Je communique avec les défunts », Alain-Joseph Bellet, medium spirite, nous invite à suivre son parcours entre terre et ciel. Il vient de publier « Les morts sont parmi nous », un ouvrage qui concentre principalement les témoignages de nombreux esprits venus parler de leurs expériences terrestres et de leur situation dans l’autre monde. L’analyse faite par ses guides spirituels nous invite à réfléchir : amour inconditionnel, respect de la vie, explication du karma. Au fil des mots, la lumière jaillit et l’espérance réchauffe les cœurs.

Rencontre.

Alain-Joseph Bellet, pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous nous expliquer comment votre médiumnité s’est invitée dans votre vie ?

Dès  l’âge de six ans, je percevais la présence des esprits autour de moi sous des formes particulières : des visages, des silhouettes… Au même âge, quand j’accompagnais ma maman au cimetière,  il m’arrivait d’avoir, déjà  des incorporations d’énergie dans mes petites jambes…

Au fil des années, j’ai perdu de nombreuses personnes que j’aimais.

J’ai vu leur départ longtemps à l’avance avec une grande précision. Mais j’ai toujours pu dialoguer avec eux après leur mort. J’ai parlé de ces expériences  et plus généralement de l’évolution de mes capacités dans mon livre « Je communique avec les défunts », qui a été publié en 2012.

Après de nombreuses années éprouvantes, vous avez accepté votre médiumnité puis vous l’avez mise au service des personnes endeuillées. Vous avez une particularité, vous êtes un medium à incorporation. Décrivez- nous vos ressentis…
.
Cette capacité à me connecter à un Esprit prend plusieurs formes. Pour ma part, je peux être incorporé physiquement par l’énergie du défunt. Cette énergie entre de différentes manières dans mon corps physique avec une force et une intensité variable. Pour citer un exemple, un jour, lors d’une conférence à Saint-Malo, j’ai été incorporé par l’esprit d’une petite fille. Je me suis mis à danser comme elle le faisait de son vivant. Puis j’ai « basculé, dans un cercueil » ou j’ai remarqué que le corps était habillé d’une robe de princesse, information confirmée aussitôt par sa maman.

Lors d’une incorporation, mes muscles se tétanisent, la température de mon corps se modifie, je ressens les douleurs liées au départ d’un défunt. Par exemple, quand une personne est décédée suite à une crise cardiaque, je ressens une vive douleur dans la poitrine.
Il m’est déjà arrivé d’être blessé physiquement par ces intrusions comme vous le comprendrez en lisant ce livre. Bien que je sois protégé par mes guides, Il n’est pas toujours facile de  fermer la porte.

J’ai désiré au plus profond de moi même, être au service de celui qui a perdu un être cher en témoignant de la survivance de l’âme, en aidant les personnes endeuillées en leur délivrant des messages bien précis, des informations personnelles de leurs chers défunts.
Cette médiumnité se traduit aussi par la matérialisation d’Esprits sur des photographies, des vidéos que je partage dans mes conférences et sur ma page Facebook. Ce sont des preuves matérielles que je reçois, des cadeaux que mes guides me demandent de partager.

Et puis évidemment la clairvoyance et la clairaudience sont là en filigrane.

Cela fait des années que je consacre ma vie à aider les vivants mais aussi les défunts aussi bien lors de Rendez-vous à mon cabinet en Bretagne, ou lors de mes conférences médiumniques au sein de plusieurs associations d’aide au deuil où j’interviens de manière bénévole.

Malgré les difficultés et les expériences pas toujours agréables que peuvent me faire vivre les esprits, je suis tellement heureux lorsque l’esprit d’un enfant vient donner à sa maman des preuves irréfutables de sa survie, un nom, un prénom, des descriptions de lieux ou moments vécus ensemble, des détails qu’elle seule reconnaît… alors je vois son visage se transformer…

 

Un contact médiumnique est un cadeau, il faut le voir ainsi.

Il ne faut jamais oublier de remercier Dieu et l’esprit de ce moment  de grâce.

 

 

Comme j’ai pu le raconter par le passé (voir sur ce site l’article « L’au-delà nous invite à vivre l’amour inconditionnel »), la vie d’un médium n’est vraiment pas un long fleuve tranquille, loin de là !
L

e but que je poursuis est d’aider les personnes endeuillées à retrouver confiance, à expérimenter la réalité de la survivance de l’âme, à ranimer l’étincelle d’espoir qui est au fond d’eux. Mais je suis aussi présent pour aider certains Esprits qui n’ont pas pris conscience (ou qui ne veulent pas) de leur nouvelle situation dans le monde spirituel.

Votre dernier ouvrage porte le titre « Les morts sont parmi nous »…Sommes- nous réellement entourés d’esprits ?

Autour de nous, il y a en effet beaucoup d’esprits ! Et certains ne sont pas forcément en paix comme nous le démontrent les différents témoignages des esprits dans la partie principale de ce livre.

Ces derniers ont pour différentes raisons des difficultés à évoluer dans le monde spirituel. Ceux qui ne croyaient pas en l’existence d’un autre monde, ont du mal, parfois, à réaliser qu’ils sont morts.  Certains sont encore attachés à leurs biens terrestres, d’autres ne souhaitent pas faire le bilan de leur vie et aller vers la lumière. Parfois aussi, ils sont retenus par la souffrance de leurs proches. Chaque cas est différent, Il n’existe aucune normalité. Les circonstances d’un départ brutal et rapide, l’attachement de l’esprit toute sa vie au matériel entrainent aussi des répercussions après la mort physique. Ils peuvent connaître  un trouble plus ou moins long.

Je tiens aussi à préciser que l’influence des esprits dans notre quotidien est bien réelle. J’en parle d’ailleurs dans mon livre. Une personne qui vit dans la négativité attire à elle des esprits qui sont dans la même vibration négative. Ils peuvent ainsi par des pensées accentuer son mal-être, sa mélancolie. Les Bons Esprits nous expliquent comment sortir de ce lien négatif. L’homme est bien plus influencé qu’il ne le croit par le monde invisible. Les deux mondes sont intrinsèquement liés…

D’autres défunts qui ont accepté « leur nouvelle vie » viennent parfois délivrer des informations. Ils donnent des preuves de leur existence dans le monde spirituel. Ces bons Esprits nous envoient de l’amour et du réconfort. Leurs messages sont forts et lumineux.  Ils nous prouvent leur présence à nos côtés, par les détails qu’ils nous donnent dans les contacts médiumniques. Mais ils ne peuvent  pas être toujours présents  au fil du temps, ils  doivent évoluer sur d’autres plans vibratoires. Nous devons le comprendre et l’accepter.

Votre livre « Les morts sont parmi nous » concentre des récits, des témoignages d’Esprits autorisés à venir vous parler mais aussi des informations et des conseils délivrés par vos propres guides du monde invisible.

L’histoire de ce livre commence ainsi : les esprits se matérialisent autour de moi sur des photos et des vidéos.

Ce jour- là, l’un de mes guides, qui se prénomme Gabriel, s’est matérialisé sur la photo de ma grand-mère. Il s’est présenté à moi pour m’expliquer que j’allais écrire un nouveau livre, et que pour l’écrire,  je serais amené à rencontrer différents esprits autorisés à venir me parler de leur vécu terrestre, du moment de leur mort physique et de leur situation heureuse ou malheureuse dans le monde des esprits.
Ce travail serait important, dans l’enseignement  qu’il délivre  afin de faire évoluer les consciences.

 

Durant quatre années, j’ai entamé un dialogue avec chacun d’entre eux.

 

J’ai synthétisé toutes ces informations venues de l’au-delà. Et le livre « Les morts sont parmi nous » a vu le jour.

Dans celui-ci, j’ai souhaité mettre en lumière des récits de consultations, des témoignages de consultants afin de montrer que ces communications sont palpables, irréfutables, que tout ceci est bien réel. Et puis j’ai tenu à mettre en mots toutes les informations données par les guides car elles sont primordiales. Les guides aimeraient que   les consciences se réveillent. Ils nous invitent à nous connaître dans notre globalité et à  travailler sur nos imperfections.

Nous avons abordé le sujet de la réincarnation afin d’expliquer clairement que les épreuves sont des outils pour nous faire évoluer.

Nous avons tous des plans de vie établis en amont. Mais nous conservons toujours notre libre-arbitre.

Les guides expliquent qu’il convient de transmuter le négatif en positif, d’être dans le lâcher prise.

Dans votre livre, vous consacrez un chapitre sur le thème du suicide. Il était important pour vous de délivrer un message…

Une personne qui se suicide porte atteinte à son corps physique mais aussi à son corps spirituel. Cette violence faite à soi n’est jamais programmée dans un plan de vie.

Je voulais expliquer que les personnes qui se sont suicidées vivent un moment  dans la souffrance de l’autre côté du voile. Le temps de dégagement du périsprit au corps physique est plus long et une période de trouble les attend.

Si l’être humain connaissant le véritable but de son existence, la continuité de la vie après la mort, il ne mettrait pas fin à ses jours.

Pour ma part, je peux tout à fait comprendre qu’une personne peut vouloir mettre un terme à sa vie mais avec le regard que j’ai sur le monde invisible, cet acte sur le plan spirituel est d’une violence extrême et il a de nombreuses répercussions.

C’est pourquoi il était important pour moi de terminer ce livre sur ce sujet : la vie, malgré son cortège de souffrances et d’épreuves, doit être vécue jusqu’au bout.

Lorsqu’une personne est confrontée au suicide de l’un de ses proches, il est important de lui pardonner son geste et de l’aider à se pardonner aussi. Envoyer de l’amour, réciter des prières avec le cœur sont quelques conseils qui peuvent  ramener peu à peu celui qui est parti dans de telles conditions,  sur le chemin de la paix et de la lumière.

 

 

 

Livre « Les morts sont parmi nous », Alain-Joseph Bellet, éditions Presses du Châtelet.

Site : http://www.medium-bretagne.com

Médium - Consultation en cabinet près de Quimper.
Tél : 02.98.56.73.90

Alain Joseph possède une page Facebook : « AlainJoseph Bellet  écrivain » avec la couverture de son nouveau livre, grâce à laquelle il peut échanger sur différentes thématiques.

 

Partagez directement sur FaceBook

 


Publié le Lundi 21 Novembre. 2016