Le voyant doit-il être spirituel ?

Depuis la nuit des temps, les Hommes consultent d’autres hommes et femmes, à qui ils prêtent le pouvoir « supranaturel » de pouvoir lire dans le temps et l’espace ce qu’il va se produire dans les instants à venir. Quelque soit la question, l’importance des réponses peut changer toute une vie et le chemin du destin sur lequel on marche.

Mais le rôle du voyant, peu importe sa manière de pratiquer, a toujours été mêlé, à tord ou à raison, au cheminement spirituel et sacré.
Une connexion aussi particulière avec des entités non incarnées, ne pouvait qu’amener au panthéon des Dieux, à la connaissance suprême et par conséquent au lien direct avec le Divin.

Mais réellement, le voyant est-il un élu, savamment choisi ? Est-il un illuminé à l’imagination trop fertile ?

L’histoire a fait son œuvre. Les religions sont passées par là. Tantôt décriés par ces dernières, mais toujours autant consultés, les futurologues censés être en lien direct avec les anges et Dieu, ne pouvaient pas cohabiter avec les dépositaires du secret de la confession : prêtre, rabbin et autres imams. Comment des hommes qui n’étaient pas passés par  le chemin de croix de l’école théologique pouvaient-ils se prétendre en contact avec le très Haut ?

Hérésie !

Aujourd’hui, il est important de pousser plus loin la réflexion. La croyance populaire qui entoure notre profession s’appelle l’ésotérisme. C’est l’ensemble des procédés, us et coutumes, magiques ou non, qui permettent d’expliquer des phénomènes non naturellement explicables.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été convaincu que la clairvoyance n’était pas l’apanage d’un petit nombre de personnes, qu’elle est une capacité commune à tous les Hommes et qu’elle ne résulte pas d’une connexion d’un petit nombre avec et grâce au Divin. D’ailleurs, j’ai toujours pris soin de me tenir à distance des voyants qui disaient recevoir leurs informations d’anges, de Dieu ou autres entités.  Peut-être cette capacité de clairvoyance permet-elle de communiquer avec des entité non incarnées, mais là nous sommes déjà dans le débat spirituel. Je me suis alors mis en quête de réponses à des questions que tout un chacun  aurait pu être en mesure de se poser. Pourquoi certains disent avoir un don de naissance ? Pourquoi certains se découvrent-ils une faculté de prédication après un événement tragique ? Pourquoi certains ont-ils besoin d’un support et d’autres non ?

Pour répondre à toutes ces questions, il apparaît important de replacer le voyant (professionnel qui prédit l’avenir par tous les moyens possibles et imaginables), dans son vrai contexte social.

Le voyant est aujourd’hui un conseiller à qui l’on demande son expertise, au même titre qu’un conseiller en patrimoine personnel pour apprendre et savoir comment gérer sa fortune. C’est un confident, à la manière du médecin de famille. C’est un être neutre soumis au secret professionnel, dépositaire de lourds secrets. C’est un tacticien politique et professionnel  de génie, capable de vous faire gagner des élections et de vous faire économiser du temps pour obtenir une promotion ou un avancement. Bref, c’est un professionnel que l’on consulte et que l’on paie pour connaître de quoi demain sera fait et ainsi gagner le maximum de temps sur le futur.

Mais alors nous pouvons nous poser la question « est-il spirituel ? ». C’est vrai après tout, avec tous les malheurs qu’il voit, toutes les histoires de vie qu’il  côtoie, se sent-il concerné par tout cela ?

Il le peut parfois, si et seulement si, il a fait un travail sur lui, ses croyances, sa foi et que chaque jour il se donne les moyens d’être meilleur qu’hier mais bien moins que demain.

Mais cette question s’apparente plus à une énigme et à un choix personnel.

Etre spirituel, c’est à dire se poser des questions sur l’origine du monde et de soi, se questionner sur sa façon de fonctionner et de gérer ses émotions, n’est pas une activité professionnelle.

L’histoire compte bon nombre de grands maîtres spirituels, c’est à dire des guides distillant un enseignement sur le monde et le fonctionnement de l’univers et je peux vous assurer qu’ils n’étaient pas tous dans l’exercice de la voyance !

Mais dès lors, le voyant a-t-il ce rôle là ?

Le médecin de famille est-il prêtre ? Non. Ce dernier peut et a sûrement son propre système de croyance. Peut-être est il parti en quête de réponses personnelles suite à des événements vécus, mais bien souvent il ne vous en parle pas.

Et bien pour le futurologue, c’est en tout point la même chose. L’expert des questions d’avenir est là pour répondre avec son expertise aux questions que vous vous posez sur votre avenir, mais il n’a aucun obligation de vous parler de sa spiritualité, ni même l’obligation d’être en capacité de pouvoir répondre à vos questionnements spirituels.

Pour pousser l’exemple plus loin, je peux vous dire que j’ai connu de très bons voyants qui n’étaient pas du tout spirituels. Ils voyaient avec justesse le futur mais ne se souciaient guère des problèmes spirituels.
Et l’inverse est aussi vrai !

Dès lors, le voyant qui ne vous parle pas de spiritualité, qui ne vous conseille pas de prier les anges et d’allumer des cierges est-il un mauvais voyant ?

Non, bien au contraire. Vous êtes assuré d’être avec un professionnel qui a travaillé sur lui et qui sait faire la part des choses entre son travail et sa croyance. Malheureusement c’est bien souvent lorsque la voyance est mêlée à la spiritualité et l’ésotérisme que l’on assiste à des pratiques scabreuses frôlant les travaux occultes et l’abus de faiblesse.

Le voyant spirituel doit dispenser son savoir avec retenue et vigilance pour ne pas devenir un gourou, bien au delà du simple maître spirituel.

Le consultant quant à lui, doit prendre conscience que la spiritualité n’est pas toujours bonne à prendre lorsque l’enseignement est donné mâché et pré-digéré. Il ne faut pas oublier que c’est avant tout un chemin personnel, qui prend naissance à la source de plusieurs philosophies, religions et pensées de grands maîtres et grands auteurs. C’est une synthèse que nous devons écrire seuls, en accord avec notre coeur. Une seule voix ne pourrait pas suffire à définir le chemin spirituel véritable,  sans que l’alarme de la conscience ne puisse retentir au plus profond de notre cœur.

 

Ethan Maure

Médium spirit. Consultation en cabinet à Besançon, à Paris et par téléphone.

téléphone 25000 BESANCON

téléphone03.81.52.38.31.

sitewww.ethanmaure.com

adresse mailEmail

 

 

Partagez directement sur FaceBook

La Rédaction

Equipe rédactionnel du site Guide de la Voyance à votre écoute.

Contact : 01.75.43.91.17

https://www.guidedelavoyance.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *