Laurent Edouard : L’art de prédire l’avenir

Pouvez-vous nous parler de vos débuts en tant que médium ? Quels ont été les premiers signes ?

Je ne crois pas que l’on puisse me défi­nir comme médium. Ce serait mal appré­hen­der la véri­ta­ble natu­re de mon iden­tité pro­fes­sion­nelle. Je me re­con­nais dans la fonc­tion sociale de voyant, à con­di­tion de ne pas la réduire à une vision cari­ca­tu­rale, que l’on pour­rait ré­su­mer par pré­dire l’ave­nir. Taro­lo­gue est le mot le plus juste que j’ai rete­nu pour nom­mer mon acti­vi­té. Hélas, ce terme est, com­me beau­coup d’au­tres dans notre pro­fes­sion, dé­tour­né de son sens pro­fond. Je pense en par­ti­cu­lier à para­psy­cho­lo­gue… un mot em­ployé à tort et à tra­vers par les pro­fes­sion­nels des arts divi­na­toi­res comme syno­ny­me de voyant, alors qu’il s’agit d’un titre uni­versitaire…

Enfant, j’ai été spontanément attiré par les recherches para­psy­cho­lo­gi­ques et méta­psy­chi­ques. J’ai tou­jours su que l’âme sur­vi­vait au corps. C’était un savoir sans expérimentation. J’ai dé­cou­vert tar­di­ve­ment que ma grand-mère et mon arrière grand-mère pater­nel­les étaient des gué­ris­seu­ses. Quant à ma mère, elle est très in­tui­tive. Je n’ai cepen­dant à aucun mo­ment trem­pé dans le chau­dron de l’éso­té­risme au sein de ma famille. Mes pro­ches sont des per­son­nes terre-à-terre.

A l’adolescence, j’étudie avec pas­sion les thèses spirites d’Allan Kar­dec. Je pra­ti­que alors l’écri­ture auto­ma­tique et quel­ques au­tres tech­ni­ques de spi­ri­tisme pour ten­ter de per­cer le voile. C’est d’ail­leurs à ce moment-là que je décou­vre que la mé­dium­ni­té, qu’elle soit ou non spi­ri­te, n’est pas mon che­min de pré­di­lec­tion.

Puis, mes recherches s’orientent natu­rel­le­ment vers une quête mer­veil­leuse et fort exci­tante, celle des tech­ni­ques ora­cu­laires. J’éprou­ve le besoin irré­pres­si­ble de répon­dre à la ques­tion suivante : “peut-on pré­voir l’ave­nir ?” Je ne le sa­vais pas à l’épo­que, mais il me faudra atten­dre une ving­taine d’an­nées, au moins, pour com­men­cer à satis­faire cette inter­ro­ga­tion. Lors de mon évo­lu­tion per­son­nelle et pro­fes­sion­nelle, je pres­sens qu’y répon­dre, avec sub­ti­lité et intel­li­gence, est un chal­lenge ambi­tieux sus­cep­tible d’ou­vrir la voie à une car­rière bien plus inté­res­sante encore, à mon hum­ble avis, que celle de Madame Irma.

Comment votre entourage vous perçoit-il à travers votre médiumnité ?

J’ai longtemps voulu être méde­cin. J’ai com­mencé ma vie pro­fes­sion­nelle comme infir­mier vété­ri­naire. Mon inté­rêt pour l’au­tre, et plus par­ti­cu­liè­re­ment pour les souf­frances psy­cho­lo­gi­ques, me fait per­ce­voir aujour­d’hui comme un méde­cin de l’âme avec un petit côté Pro­fes­seur Tour­ne­sol pour mes inves­ti­ga­tions radies­thé­si­ques. Je suis un homme or­di­nai­re qui n’a rien d’un mé­dium. J’ai sim­ple­ment ai­gui­sé ma fonc­tion intui­tive pour en faire un ou­til de tra­vail utile. Je passe beau­coup de temps à fré­quen­ter les ima­ges des dif­fé­rents tarots de Mar­seille… Une fois sorti de mon bureau, je rede­viens encore plus anonyme !

 

 

Une consultation avec Laurent EDOUARD, ça se passe comment ? Quel est son déroulement ?

Très simplement, mais uniquement sur rendez-vous. Je com­men­ce l’en­tre­tien en posant les bases de ma pres­ta­tion, ses en­jeux mais aussi ses limi­tes. S’il s’agit d’une con­sul­tation de voyance par télé­phone, j’in­vite le con­sultant à me faire par­ve­nir quel­ques pho­tos qui ser­vi­ront de support éner­gé­ti­que à mes intui­tions et à mes res­sen­tis. Nous con­ve­nons ensuite d’un RDV.

En cabinet à Reims ou à Paris, je demande éga­le­ment des pho­tos de l’en­tou­rage im­mé­diat de la per­sonne qui me con­sulte. J’amor­ce mon tra­vail en tou­chant ses mains quel­ques ins­tants. Cette con­ne­xion faite, je lui parle de ses traits de carac­tère, de son état émo­tion­nel du mo­ment, de ses peurs, de ses envies.

Puis, je lui demande quelques car­tes de tarot de Mar­seille qui me per­met­tront de pour­sui­vre l’en­tre­tien en ciblant au mieux les atten­tes de mon visi­teur.

A l’issue de la consultation, je m’as­sure que la per­sonne qui est ve­nue me ren­con­trer sort de mon bu­reau avec les idées clai­res et une con­fiance ren­for­cée dans son pou­voir per­son­nel, afin qu’elle soit en me­su­re de créer le futur dont elle a besoin.

Une consultation, pourquoi ? Quel est son but ?

Faire le point à un moment par­ti­cu­lier de l’exis­tence. Parler et être écouté (l’écoute ac­tive suf­fit par­fois) par un pro­fes­sion­nel con­necté à autre chose et, par con­sé­quent, censé met­tre en œu­vre des moyens diffé­rents pour avan­cer (la psycho-magie par exem­ple), pistes qu’un pro­fes­sion­nel du monde tan­gi­ble n’au­rait peut-être pas pu apporter.

Clari­fier des situa­tions ou des rela­tions amou­reu­ses/ami­ca­les/pro­fes­sion­nel­les. Trou­ver une aide pour effec­tuer des choix judi­cieux. Se recen­trer pour pour­suivre avec une plus gran­de effi­ca­cité son che­min. Anti­ci­per le dérou­le­ment futur de cer­tains as­pects de la vie sans s’en­fer­mer dans des pré­dic­tions auto­ri­taires mais en pré­ser­vant tou­jours le libre-arbitre.

Il existe une multitude de petits des­tins qui peu­vent être mis en lu­mière lors d’une con­sul­ta­tion. Ils ou­vrent des pers­pec­tives nou­velles et dyna­mi­san­tes dans la vie du con­sul­tant qui se sent alors plus li­bre, pour ne pas dire libéré.

Vous participez en tant que rédacteur au site Guide de la Voyance. Qu’est-ce qui vous attire dans cet exercice ?

Contribuer à la vie d’un site/portail d’une grande noto­riété, dédié à la voyance, est une aven­ture fabu­leuse que je ne pou­vais pas man­quer. J’avais envie de me faire plaisir !

Quels conseils pourriez-vous donner aux personnes qui souhaitent consulter un professionnel de l’avenir ?

Avoir un besoin et/ou une envie réel. Plani­fier un moment de cal­me et de soli­tude dans leur agenda. Choi­sir avec soin leur pra­ticien. Le site Inter­net du pro­fes­sion­nel reflète en par­tie son iden­tité et cons­ti­tue un sup­port de choix très per­ti­nent. Lisez-le avec atten­tion. Ecou­tez votre pro­pre intui­tion pour faire votre choix. Le bouche-à-oreille est éga­le­ment un bon moyen pour limi­ter les mau­vai­ses sur­pri­ses.

Toutefois, il est utile de rappeler que le bon voyant n’existe pas dans l’ab­so­lu mais que c’est une ques­tion de fee­ling per­son­nel. Les annuai­res/gui­des de meil­leurs voyants cons­ti­tuent des pis­tes uti­les pour faci­li­ter la recher­che du pra­ti­cien dont vous avez besoin, mais ne sont pas des livres sacrés.

L’avenir selon-vous est-il tout tracé d’avance ?

Je n’ai pas le génie intel­lec­tuel pour répon­dre à cette ques­tion philo­so­phi­que ! Mais, puis­que vous m’in­ter­ro­gez, je pense qu’il existe “le grand des­tin” et “les petits destins”. Le pre­mier est tracé dans le dur et n’est pas con­tour­na­ble : c’est le sens de l’incar­na­tion. En d’au­tres ter­mes, ce destin-là parle du sens de notre vie, de ce que nous som­mes venus ap­pren­dre ici-bas. Par con­tre, “les petits des­tins”, repré­sen­tent nos choix et nos actions dans cette in­car­na­tion. Ils peu­vent par­fois con­tra­rier “le grand des­tin” mais pro­ba­ble­ment pas le chan­ger. Croire que l’ave­nir est écrit et tracé d’avan­ce con­duit à la défaite de la volonté. Je pré­fère choi­sir l’option libre-arbitre, foi, tra­vail et per­sé­vé­rance pour attein­dre le futur que je me suis choisi. En résu­mé, tout ceci n’est qu’une ques­tion de croyance per­son­nelle. Com­me tou­tes les croyances, celle-ci est lour­de de con­sé­quen­ces, quel que soit le point de vue retenu.

Etre un confident attire en soi des amis ou des ennemis ?

Être confident crée du lien. La nature de ce lien prend des for­mes dif­fé­ren­tes selon la qua­lité de la rela­tion qui s’éta­blit entre mon visi­teur et moi. Par­fois, le lien est neu­tre et stric­te­ment pro­fes­sion­nel. Il ne donne donc pas lieu à une rela­tion qui pour­rait se poser en ter­me “d’amis” ou “d’en­ne­mis”. Par­fois, la rela­tion devient plus com­plice, plus fusion­nelle. Ce sont des cas rares, qui don­nent lieu à une rela­tion ami­cale qua­li­ta­tive car por­teuse d’un ensei­gne­ment. J’ai des amis dans le métier avec les­quels je par­tage des mo­ments d’hu­ma­nité très fort et très enri­chis­sant.

 

Quels sont vos projets ?

J’en ai peu. J’évite de me pro­je­ter trop loin dans le futur afin de vivre pleinement le pré­sent. Mais, bien enten­du, comme tout le monde, il m’ar­rive de cons­trui­re des scénarii qui se réa­li­se­ront… ou pas !

Je termine tout juste la refonte de mon site Inter­net. J’ai sol­licité les com­pé­tences de pro­fes­sion­nels de l’Inter­net et d’une pho­to­gra­phe pour réa­li­ser mon pro­jet. J’avais be­soin d’ajus­ter l’am­bian­ce et l’es­prit de cette vi­trine, clé de voûte de ma com­mu­ni­ca­tion, afin de la faire col­ler au mieux à mon iden­tité pro­fes­sion­nelle ac­tuelle ! Un nou­veau nom de domai­ne, laurent-edouard.com, pointe vers laurent-voyance.com et maté­ria­lise ce chan­ge­ment iden­ti­taire ou­vrant ainsi la voie à un nou­veau cycle pro­fes­sion­nel.

Je mets en place actuellement des modu­les d’en­sei­gne­ment du tarot de Mar­seille à Paris. La trans­mis­sion et le par­ta­ge de con­nais­sance m’ani­ment depuis de lon­gues années. Je pro­fite de votre inter­view pour lan­cer un appel à tous ceux qui sou­hai­te­raient décou­vrir ce for­mi­da­ble ou­til, que ce soit d’un point de vue di­vi­na­toire, psy­cho­lo­gi­que ou spi­ri­tuel. Mon objec­tif est de re-popu­la­riser cet ou­til et d’en dé­mys­ti­fier l’usa­ge. Nul besoin d’avoir un don de voyance pour s’en servir au quo­ti­dien, il suf­fit d’être curieux et d’en avoir envie.

Mes activités tarologie, taro­mancie, voyance et accom­pa­gne­ment, de­vraient éga­le­ment se déve­lop­per sur la capi­tale au cours des pro­chains mois, c’est en tout cas mon sou­hait.

Enfin, je pense tou­jours à écrire un li­vre… en atten­dant, je pour­suis ma tache de pi­giste !

Une journée avec Laurent EDOUARD, c’est quoi ?

C’est une journée comme celle de nom­breux Fran­çais qui vivent en fa­mille. Je suis plu­tôt du matin… voilà qui tombe bien puis­que, comme vous le savez, “l’ave­nir appar­tient à ceux qui se lèvent tôt” ! Je consa­cre beau­coup de temps à réflé­chir, à me cul­ti­ver, à com­mu­ni­quer, et à tra­vail­ler sur moi. J’ai la chance de vivre d’un “métier-passion” et de gé­rer mon agen­da comme bon me semble. C’est une liber­té chère payée parfois, mais j’y tiens beau­coup.

J’aime les gens, les ani­maux, les plan­tes, les pier­res. J’aime les ou­tils mo­der­nes de com­mu­ni­ca­tion. J’aime le ciné­ma. J’aime la cui­si­ne, les bons vins et le tabac. J’aime les bal­lades en forêt ou dans la cam­pa­gne. Je ne suis ni spor­tif, ni mu­si­cien. Je suis épicu­rien. Je ne pos­sède pas grand-chose, pour pré­ser­ver ma li­berté.

 

Laurent Edouard

Voyant & tarologue

téléphone22, rue Saint Sixte 51100 REIMS

téléphone03.26.85.57.91.

adresse mailEmail

adresse mailSite Internet

 

 

 

La Rédaction

La Rédaction

Equipe rédactionnel du site Guide de la Voyance à votre écoute.

Contact : 01.75.43.91.17

https://www.guidedelavoyance.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *