Michael Delmar, astrologue Le consultant au coeur de la consultation

Michaël DELMAR est astrologue, connu du grand public et reconnu par ses confrères et le monde des stars. Il est tour à tour astrologue, auteur et même médium. C’est vrai qu’il bouscule les idées reçues que l’on a d’un astrologue. Lors de ses entretiens, il place le consultant au coeur de sa consultation. Son attirance de l’astrologie et sa passion de l’être humain ne l’ont jamais quitté. Michael DELMAR sait écouter, conseiller et même faire preuve d’humour, énonçant de manière claire et subtile les motivations de tous ceux qui le consultent.

Pour lui, un thème n’est pas un destin résolument immuable. Il s’interprète comme une réelle connaissance de soi, une prise de conscience et de remise en question. Il offrirait une évolution personnelle pour découvrir la meilleure trajectoire de vie. Les grands transits orienteraient plus sérieusement. Aucun signe ne serait plus favorisé qu’un autre.

Michael DELMAR apporte un autre regard sur la vie et l’astrologie. Il y intègre son approche du consultant et sa pratique personnelle.

Rien n’échappe à son sens de la divination et à son intuition !
 

Etant donné votre sens de la perception, pourquoi l’astrologie plutôt que la voyance ?

Je suis astrologue mais aussi médium. Je ne communique pas avec les personnes disparues. J’annonce ce que je ressens. D’où cela me vient ? Je n’en sais trop rien. Je considère qu’il s’agit là de médiumnité.

Le thème astral me sert de point de départ, pour des considérations d’ordre psychologique et, au regard des noeuds lunaires, pour comprendre ce que nous faisons sur terre, ici et maintenant. Il donne des indications précieuses pour un être embrouillé dans sa vie. Le Neoud lunaire Nord confirme le sens de sa mission terrestre.

L’astrologie s’assimile à une grille provisoire de lecture. Je l’utilise au début de la consultation quand je ne connais pas la personne ou si j’ai un peu de mal à la ressentir.

Mais en vérité, cela reste très rare. Souvent avant même qu’une personne ne me parle, je connais déjà l’objet de sa question. Je sais par exemple qu’elle va m’interroger sur son futur déménagement dans le 12ème et cela correspond parfaitement. Le consultant en reste étonné. J’explique alors que je suis aussi médium.

 

« Vous voyez ce n’est pas de l’astrologie ! »

Comment se déroule une consultation ?

Je ressens déjà le questionnement de la personne. Je sors du cadre de l’astrologie Je reconnais m’en extrapoler et m’en libérer très vite. L’astrologie reste un outil de consultation. J’examine l’année dans laquelle la personne se situe et les transits principaux. Ces points sont très exacts.

En revanche, je ne crois pas trop à la révolution solaire. Je ne m’y fie pas. Très souvent, les renseignements donnés même s’ils paraissent précis sur un plan matériel se révèlent inexacts pour d’autres domaines. Je préfère par conséquent ne pas l’utiliser. Je le fais parfois à la demande de consultants insistants.

Pour moi, la révolution solaire n’a pas un véritable sens. Certaines personnes s’évertuent à voyager dans des lieux éloignés pour que leur ascendant ne se situe pas à un endroit déterminé le jour de leur anniversaire. Ce n’est pas justifié. Ca leur permet peut-être de croire en quelque chose ? Expliquer que l’on est allé à Marbella le jour de son anniversaire parce que sa révolution solaire n’était pas bonne ne changera en rien le reste de l’année et son devenir.

Par contre, je tiens compte des transits de Jupiter, de Saturne, d’Uranus et de Pluton qui orientent plus sérieusement. Je regarde aussi la lune noire même si elle n’est pas juste pour tout le monde. Parfois, elle peut l’être.

Comment avez-vous évolué dans le monde de l’astrologie ?

J’ai étudié avec Joëlle de Graveleine. Elle a été ma marraine. Je l’ai rencontrée lorsque j’étais très jeune.

Au début, j’étudiais l’astrologie par passion. J’ignorais qu’elle deviendrait un jour mon métier. Je me destinais à une carrière professionnelle très différente.

 

« J’étais étudiant en pharmacie. Je m’ennuyais dans cette voie. »

 

J’ai approfondi l’astrologie dès l’âge de 12 ans, à travers des livres de la collection  »Que sais-je » et les ouvrages de Jacqueline Aimée et de Joëlle de Gravelaine.

D’abord autodidacte, j’ai suivi plus tard les cours par correspondance de l’Ecole Supérieure d’Astrologie de Paris (ESAP) avec Jacques Berthon. Puis j’ai rencontré Jean-Pierre Nicolas, Jean Carteret qui n’était pas un astrologue mais un poète épris d’astrologie, Alexandre Ruperti et son épouse, Elizabeth Teissier qui n’est plus à présenter et excellente technicienne, Liz Green et beaucoup d’autres encore…

J’ai beaucoup appris dans les livres, ceux d’André Barbault, puis ceux de Dan Rudhyar, et d’Alexandre Ruperti. Je continue d’ailleurs à  les relire !

Que vous ont apporté ces échanges avec d’autres astrologues ?

Il existe de nombreux astrologues passionnants. Leurs contacts restent très enrichissants et pertinents. Quelquefois ensemble, nous abordons le thème de personnalités, de gens qui défrayent l’actualité, d’hommes politiques, d’artistes…

J’apprécie aussi beaucoup les échanges avec les voyantes. Un grand nombre parmi elles mettent à profit les connaissances de l’astrologie. Même si elles n’en font pas état, elles la pratiquent pour elles-mêmes, à l’image d’une anti-sèche pour mieux cerner les personnes face à elles. Certaines comme Anne-Marie Pellegrin que je connais, s’inspirent beaucoup de la numérologie.

 

Qui sont vos consultants et leurs demandes ?

Je reçois régulièrement des hommes et des femmes de tous les âges et de toutes les classes sociales. Il m’arrive d’être encore surpris par les demandes de certains.

Aujourd’hui la plupart du temps, les consultants souhaitent recevoir un conseil professionnel et aborder ensuite le domaine sentimental.

Les femmes notamment ont un questionnement professionnel. Soit elles ne sont pas complètement satisfaites dans leurs activités, ont l’impression d’être sous employées ou ne pas utiliser toutes leurs capacités.

Dans le domaine sentimental, elles s’interrogent sur leur ami qui ne répond pas à leurs attentes ou sur la possibilité de rencontrer un jour la bonne personne. Ce sont les demandes que connaissent les astrologues et les médiums. Moi, je ne me censure jamais, je dis ce qui me traverse, parce que c’est là que se cache la petite pépite de vérité, la révélation que le consultant est venu chercher.

 

« Parfois je m’entends dire des choses extravagantes ! »

 

Il arrive que les gens, dubitatifs lors de notre consultation, me rappellent un peu plus tard pour me confirmer l’exactitude de mes prédictions. Et je me dis alors que j’ai eu un sacré culot d’annoncer ça ! Ce n’est pourtant pas de la présomption de ma part d’affirmer des prédictions. Je l’annonce avec conviction parce que j’en ressens la certitude. Ma réponse ne souffre pas d’hésitation ! C’est un peu comme si j’avais un accès momentané à une banque de données, comme si je lisais une phrase. Cependant, je puis me tromper dans l’interprétation de ce que je ressens, dans les dates ou dans l’ordre des évènements. Je ne suis pas infaillible, hélas ! Si je ne sais pas ou si ce jour-là je n’ai pas le feeling, je n’invente pas. Je reste toujours au plus près de la réponse.

Cela vous arrive-t-il de rencontrer des consultants moins sympathiques ?

Comme dans tous les corps de métier, il existe des personnes de mauvaise foi, des cas heureusement très rares ! Je repère ces individus avant même qu’ils n’en aient conscience. Je les garde 10 minutes. Je clôture notre entretien en leur annonçant que de toute façon, ils ne me régleront pas.

Ce sont des personnes à l’attitude sensiblement irrespectueuse dès le début de la consultation. Leur comportement induit tout de suite l’idée de malhonnêteté. Je les invite donc à réfléchir sur leur attitude et à me rappeler une prochaine fois.

 

« Parfois aussi, on attire les gens un peu fragiles. »

 

Quelquefois ceux-ci jouent de cette fragilité pour la tourner en tragédie. Je le perçois également dès les premières secondes à la physionomie de la personne. Elle n’a pas besoin de me parler, ni de se raconter. Ces faits se produisent relativement peu. Il y a dans tout cela un côté amusant, sans dire pour autant fâcheux, des situations qui sortent de l’ordinaire… Je me souviens de ces anecdotes plus ou moins récentes avec amusement  !

C’est un peu comme lorsque vous passez une soirée avec des personnes épouvantables. Vous vous en souvenez longtemps. Vous vous plaisez à faire rire vos amis en racontant votre mésaventure. C’est un fait insignifiant et sans plus de réalité dans l’exercice du métier d’astrologue.
 

L’astrologie permet-elle de prévoir les événements ?

Oui, je me fie beaucoup aux grands transits de Jupiter, de Saturne, d’ Uranus, très justes dans l’ensemble ! Je m’y fie beaucoup. Les grands transits de Jupiter tous les ans me paraissent primordiaux.

Avec les grands transits, j’ai prédit des événements mondiaux. Il m’est arrivé d’ailleurs d’avoir des échanges à ce sujet avec Elisabeth Teissier, la meilleure à mon sens sur l’astrologie mondiale. J’avais prévu voici dix ou quinze ans la fin du secret bancaire qui coïncidait avec le passages d’Uranus en Poissons. 

En parallèle, j’utilise aussi les tarots pour comparer. J’ai également d’autres jeux de cartes, qui donnent une réponse plus rapide. 

Quelquefois les choses se présentent merveilleusement bien mais j’effectue un tirage pour me conforter.

Est-ce qu’il existe de réelles incompatibilités entre signes ?

Cela existe mais reste temporaire, c’est un effet de miroir. Cela signifie que la personne a un certain problème à régler. Elle va rencontrer des Sagittaires ou des Verseaux par exemple pour aborder ce problème. Une fois la question réglée, elle découvrira d’autres aspects du signe. 

Par exemple, à un moment donné, vous  rencontrerez des Poissons extrêmement sociables mais fuyants Vous réaliserez plus tard que vous-même à cette époque, étiez plutôt instable ! Plus tard, vous rencontrerez d’autres Poissons. Vous les trouverez dès lors pleins d’imagination, créatifs, généreux, altruistes. Vous dépasserez le stade où vous ne rencontriez que des gens présentant le défaut de la cuirasse vous renvoyant au vôtre.

Bien sûr, cela n’est pas systématique. Il est possible que vous ne rencontriez que des natifs de certains signes durant des périodes déterminées. Ces natifs présents sur votre chemin de vie sont là pour vous faire progresser dans un sens. Par la suite, cela peut changer. Vous serez alors amené à croiser des natifs appartenant à d’autres signes. 


Les signes astrologiques peuvent-ils être déterminants dans une rencontre ?

Les signes peuvent jouer un rôle mais le signe ne détermine pas la rencontre ou toute forme de relation. C’est davantage la personne, la rencontre et ses circonstances. Ces conditions font que l’on est disponible pour telle personne ou pas, que ce soit amicalement, sentimentalement, professionnellement.

Beaucoup d’autres facteurs sont à prendre en compte : une personne qui réside dans votre secteur, une personne dans le même état d’esprit que vous etc… Ce n’est qu’après tout ça que l’on apprend que la personne concernée est native de tel signe.Ce n’est pas le signe qui est déterminant dans la rencontre, c’est la personne et la rencontre. Et incidemment on rencontre le signe…
 

Est-ce que l’astrologie peut bien cerner la personnalité ?

Elle en cerne exactement certains contours, mais tout n’est pas inscrit dans l’astrologie. Des éléments s’en échappent.

L’astrologie ne dit rien sur l’honnêteté d’une personne ni sur ses tendances criminelles, par exemple.

Par contre, si vous analysez une situation antérieure, vous pourrez en comprendre les raisons. Mais comme c’est fait à postériori, cela n’a plus vraiment d’intérêt à moins que vous n’écriviez un livre sur le sujet ou n’effectuiez un travail d’analyse.

Je me suis intéressé à un certain moment au parcours de criminels. J’avais observé la présence d’un conflit Mars-Uranus dans les thèmes de criminels célèbres, comme Landru, Petiot, etc. Mais il est impossible de déceler les tendances homicides sur une base astrologique. Cet aspect est présent dans le thème de Françoise Hardy (conjonction Mars-Uranus au Milieu du Ciel) ! Il exprime seulement le besoin de s’imposer, dans son cas. D’autres sont passées  du côté criminel. Là encore, rien de systématique.

Tout dépend de l’utilisation qu’on en fait.

On peut mettre à profit cette conjonction pour devenir une célébrité, ou bien l’utiliser au détriment de la vie d’autrui.

L’astrologie se décline comme une grille d’interprétation selon les informations qu’elle délivre mais elle n’est pas la clé de tout. »
 

Certains signes sont-ils plus favorisés que d’autres ?

Tout est question de temporalité.

Sur cette planète, vous avez des signes qui favorisés durant une période. Les Capricornes ont été favorisés. Ils le sont encore depuis plusieurs années. Ils ont bénéficié de planètes très puissantes et très favorables. Il n’y a pas de signe qui soit favorisé continuellement. En fonction des planètes présentes dans le ciel, des signes sont favorisés à plus ou moins longue échéance. Cela dépend aussi de leur position dans le thème.

C’est plutôt une question de personnalité. Il existe des Verseaux chanceux et d’autres pas, idem pour les Vierges…Les Sagittaires et les Lions avec un Jupiter fort sont favorisés dans le domaine de la politique. Les Taureaux font de bons chanteurs, les Cancers des financiers, les Scorpions de bons artistes. Rappelons-nous que ce n’est pas là encore général. Certains signes détiennent plus ou moins de rayonnement.

Si tout n’est pas écrit dans les cartes ciel, faut-il prendre en compte d’autres paramètres ?

Je pense que l’on doit prendre en compte l’expérience et la part d’impondérable dans chaque vie. Des faits sont probablement écrits. Il reste une part où chacun forge son propre destin.

L’astrologie ne peut pas tout prévoir. Le destin obéit à une horlogerie extrêmement perfectionnée dans le cosmos. Il semble régi par des lignes directrices mystérieuses, invisibles et secrètes. Des mouvements ordonnés par des destins supérieurs qui ne nous concernent pas agissent directement.

Quand on est astrologue, on ressent le magnétisme de certaines personnes qui éprouvent la nécessité de vous mettre sur leur route à un moment donné. Nous appartenons juste à une période de leur vie. Nous sommes présents pour leur délivrer des informations nécessaires à leur évolution.

Ensuite, c’est comme s’ils nous rendaient notre liberté. C’est une émotion particulière, troublante et déconcertante. J’ai expérimenté à plusieurs reprises cette sensation : faire tout ce chemin pour transmettre une information à une personne – et disparaître ensuite ! C’est sans doute un peu frustrant mais pourquoi ne pas accepter en toute humilité d’être juste un pion sur l’échiquier d’autres personnes ?

Quels sont vos projets pour 2014 ?

Je vis une période stimulante sur le plan professionnel. J’ai toujours autant d’intérêt pour l’astrologie. Je continue avec les horoscopes photographiques à Paris, à la galerie Basia Embericos.

Je mêle astrologie et photographie pour un portrait un peu décalé. L’originalité consiste à projeter le thème astral sur le visage de la personne concernée. D’ailleurs beaucoup ont trouvé les portraits pour le moins surprenants…!

 

Auto portrait Michael Delmar

 

« Courant 2014, j’exposerai de nouveau à Paris, et peut-être à l’étranger. « 

 

Même si je vis en Normandie, je viens régulièrement à Paris où je donne des consultations. Je les pratique aussi par téléphone en France et à l’étranger. Avec la voix de mes consultants, j’obtiens des résultats passionnants. Je pratique parfois en anglais. C’est un peu plus compliqué mais je me prête à cet exercice très volontiers.

 

Michaël Delmar

Consultation en cabinet et par téléphone


téléphone06.83.22.47.76.


sitewww.cafeastral.com

adresse mailEmail

 

Partagez directement sur FaceBook

La Rédaction

Equipe rédactionnel du site Guide de la Voyance à votre écoute.

Contact : 01.75.43.91.17

https://www.guidedelavoyance.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.