Kevin Meunier : Un talent prometteur

Kevin Meunier, ancien professeur de chant, exerce aujourd’hui plusieurs activités dans le domaine du paranormal.

Sincèrement attiré par l’humain, il est médium spirite et pratique des expertises de lieux hantés.

Auteur de « Développez son intuition – les bases -« , il prépare également la sortie d’un oracle divinatoire.

Mais, la carte d’identité de Kévin Meunier ne s’arrête pas là ! Il est également thérapeute et créateur de la méthode TIPS.

Nous vous laissons découvrir cet interview sur-vitaminé spéciale rentrée. Nous vous souhaitons une belle rencontre avec ce personnage fascinant.

 

Vous avez plus d’une corde à votre arc. Graphiste, professeur de chant, thérapeute, médium… Qu’est-ce qui vous anime à exercer toutes ces activités ?

A mon sens, le dénominateur commun de toutes ces pratiques est un investissement personnel sur le plan de l’humain. J’aime travailler dans le relationnel, aider autrui à évoluer, à prendre conscience de choses essentielles à leur vie. Et parfois, cela passe par la mise en image de ce que le client désire, ou en l’aidant à s’exprimer et être en accord avec sa voix. Aider mes consultants à discuter avec leurs proches décédés, ou à traiter leurs problèmes personnels (physiques, mentaux, émotionnels, énergétiques) sont aussi des moyens d’accéder à cette dimension humaine profonde, qu’aucun autre métier ne m’a permis d’atteindre avec autant de force. Chacun d’entre nous vient au monde avec un ou plusieurs programmes existentiels. L’un des miens est d’être un intermédiaire entre mes consultants et leurs désirs, et de les aider à grandir et à se construire.

Depuis 2 ans, la médiumnité prend une plus grande place dans votre vie pour aujourd’hui l’exercer comme activité principale. Pourquoi ?

Pendant très longtemps, je n’ai pas cru aux esprits (ou je ne voulais pas y croire), mais eux ont cru en moi. Et avec le temps, les « visites » se sont faites de plus en plus nombreuses, et parfois de plus en plus persistantes, voire dérangeantes. Quand quelqu’un vous dit des mots à l’oreille, mais que vous ne l’écoutez pas, il hausse le ton. D’abord il chuchote, puis il murmure, il parle, il insiste et il finit par crier. Ignorer les entités qui se présentent à vous les poussent à se faire plus insistants… Le désir profond qui m’habite d’aider mon prochain est aujourd’hui tourné à la fois vers les vivants et les morts.

Cependant, je suis pleinement conscient de la dimension égoïste dont ce désir est imprégné : en parlant de médiumnité, en popularisant cette pratique et en vulgarisant le sujet, j’espère que les gens s’ouvriront davantage à elle, et pratiqueront à leur tour. Et que le jour où je rendrais l’âme, je trouverais quelqu’un comme moi, de vivant, qui acceptera de transmettre mes messages aux vivants. Rien de bien surprenant finalement. Tout ce que nous faisons n’est jamais qu’intéressé. Mais si cet intérêt permet à d’autres d’en profiter, c’est encore mieux.

Cependant, je pense que ces derniers temps, plus que jamais, les entités se font de plus en plus présentes et fortes. Il se produit une espèce de montée d’énergie, de vibration, tout autour du monde, et cela se fait ressentir tant au niveau des vivants (complots, guerres, vols, grèves, manifestations, révolutions…) qu’au niveau des morts. C’est aussi la raison pour laquelle nous avons la sensation que le temps passe si vite. Tout dans notre monde va beaucoup plus vite à présent qu’il y a dix ou vingt ans, et je pense que cette étrange montée d’énergie est universelle. Il suffit d’observer les galaxies qui s’écartent les unes des autres, et de plus en plus vite, sans que l’on ne comprenne pourquoi !

Pouvez-vous nous parler de vos débuts en tant que médium, vos premiers ressentis ?

L’expérience la plus ancienne dont je suis en mesure de me souvenir à ce jour remonte à l’âge de sept ans, à peu près. J’étais endormi dans ma chambre, quand je me suis subitement réveillé d’un bond, sans raison particulière. Assis dans mon lit, les yeux grands ouverts scrutant la pénombre, parfaitement éveillé et alerte, j’ai alors senti une présence m’envahir, une présence hostile à vous faire dresser les poils sur la nuque. C’est alors que j’ai vu ma première entité surgir lentement de l’obscurité. Un visage rouge, menaçant, avec des dents blanches et pointues, un sourire sadique et des vagues d’énergies malsaines qui s’en dégageaient. (A ce sujet, un film récent du nom d’Insidious reprend pour créature principale une entité au visage extrêmement ressemblant à celui que j’ai vu cette nuit-là).

Je me suis senti emparé d’une panique profonde, tétanisé des pieds à la tête. Je suis resté plusieurs secondes à l’observer, pétrifié, en me disant qu’il allait me dévorer, ses lèvres retroussées ne cessant de me menacer de ses crocs luisants. J’ai le souvenir très précis qu’à cet instant-là, je me suis senti effrayé non pas uniquement par la vision de ce monstre, mais aussi et surtout par le fait de le voir alors que j’étais éveillé, de comprendre que ce genre de créature existait réellement et ne relevait pas uniquement du cauchemar ou du fantastique.

Je me suis alors mis à hurler (ce fut la seule réaction qu’il m’était donné d’avoir). Le visage a disparu lentement dans l’ombre de la même manière qu’il était apparu, et mes parents sont arrivés dans ma chambre en courant. Je prétextais la présence d’une araignée sur mon lit, et me jurais alors de tout faire pour ne plus jamais revoir cette créature à mes côtés. Je crois que cette étape fut la cause de la fermeture de ma médiumnité qui dura plusieurs années.

J’ose espérer que tous les médiums n’ont pas eu à vivre cette épreuve traumatisante. Mais cela fait prendre conscience que ce que nous considérons comme étant un monde imaginaire ou un cauchemar pour les enfants, peut-être pour eux une réalité… Et lorsqu’il m’a été donné de travailler avec les enfants pendant plusieurs années, mon ouverture d’esprit m’a permis de comprendre le comportement des enfants qui, souvent, jouaient avec leurs « amis imaginaires » qui n’avait finalement rien d’imaginaire… sauf pour les adultes aveugles à ces entités.

Guide de la Voyance : Une consultation avec vous, ça se déroule comment ?

Kevin Meunier : Lors d’une séance de voyance, je me base bien entendu sur la question du consultant et tente de lire l’avenir si sa réponse s’y trouve, mais toujours en précisant que le résultat vu dans les tirages n’est que le résultat qui se produira si la personne ne change rien à sa vie et continue sur sa lancée.

Cependant, je pose toujours d’autres questions au consultant et procède à d’autres tirages, en vue de comprendre dans quelle énergie se trouve le consultant, quelles sont ses forces et faiblesses, et le chemin qu’il serait bon d’emprunter afin d’atteindre son but. J’aime travailler dans le présent, dans le « ici et maintenant », car c’est là que tout se joue. Et notre avenir, bien que grossièrement écrit dans ses grandes lignes, laisse malgré tout une grande marge de possibilités.

Je pense que nous sommes évidemment limités par notre propre nature, mais qu’il nous est possible malgré tout d’aller au-delà de ces limites, bien que cela nous mette en danger. Par exemple, si vous êtes un chat, vous serez destiné à rencontrer d’autres chats. Et si vous êtes un oiseau, vous serez destiné à rencontrer d’autres oiseaux. Et c’est ainsi que se déroulent les situations qui « marchent », les situations qui sont en adéquation avec notre nature. Bien sûr, cela n’empêche pas l’oiseau de rencontrer le chat, mais le résultat n’en est que très modérément agréable pour l’oiseau… En séance de voyance, il est donc aussi intéressant d’analyser si nos buts, nos objectifs, sont en résonance avec notre nature et ne nous pousse pas à expérimenter des zones dangereuses.

De même, il y aura des évènements logiques, inhérents à notre nature, qui ne seront que difficilement évitables, tandis que d’autres seront naturellement improbables. Si nous sommes un oiseau, nous rencontrerons fatalement des arbres et des nids. Ou au pire, des cages ! Mais il est peu probable que nous rencontrions des chaussons ou des clefs de douze ! Ce genre d’image est très important pour certains consultants qui s’obstinent à poser encore et toujours la même question, et qui ne trouveraient contentement que dans l’affirmation que l’avenir leur réserve ce qu’ils espèrent tant voir venir. Beaucoup de personnes refusent d’abandonner, d’accepter que l’avenir ne leur amènera pas ce qu’ils souhaitent. C’est honorable, mais c’est souvent vain. Il est parfois nécessaire d’accepter que certaines choses ne se produisent pas comme nous le voudrions, car elles ne sont pas sur notre programme de vie… et que l’oiseau que nous sommes ne peut pas nouer idylle avec une calculette ou un sac à main !

Les séances de médiumnité, en revanche, se déroulent différemment. Je demande simplement au consultant d’amener un objet ayant appartenu à la personne décédée, ou une photo de cette personne, et cela de préférence dans une enveloppe opaque afin que je ne puisse rien voir. Je demande également une discrétion totale, même sur le sexe de la personne à contacter. Je ne veux absolument aucune information concernant le défunt, et cela pour un seul but : lorsque je prends l’objet dans mes mains, je peux – ou non – entrer en contact avec une entité, parfois la personne décédée à qui veut parler le consultant, mais parfois à d’autres entités, qui prennent la place dans la consultation et empêchent le contact avec la « bonne » entité. Ainsi, en ne sachant rien concernant la personne à contacter, cela permet au consultant de me dire si l’entité qui se présente à moi est la bonne, ou si c’est une entité qui s’est « invitée ». De plus, ne rien voir et ne rien savoir quant à la personne contactée me garde des projections personnelles, et je peux alors travailler l’esprit tranquille, sans faux jeu de mot !

Je me contente de prendre le « témoin » amené par le consultant (photo ou objet) entre mes mains, puis de démarrer mon intuition. J’explique alors toutes les sensations, les images, les sons et informations qui me viennent, puis nous établissons le dialogue avec l’entité présente. Je deviens alors une espèce d’ordinateur. C’est-à-dire que je me fais l’intermédiaire entre l’internaute (le consultant) et le site internet (l’esprit) qui peuvent alors communiquer à travers moi.

Vous vous définissez également en tant que thérapeute. De quoi s’agit-il exactement ? Quelle est votre méthode et que peut-on attendre de vous en ce domaine ?

Je n’aime pas vraiment le mot thérapeute, car je ne considère pas « guérir » qui que ce soit, mais simplement rendre aux consultants leur propre faculté d’auto-guérison. Mon orientation vers la thérapie m’est venue un peu « par hasard ». A l’époque, je travaillais beaucoup comme professeur de chant à l’Université, dans des écoles de musique ou de théâtre, et j’étais dans une pratique intensive de la pédagogie, rencontrant des centaines d’élèves par mois. Mais au fur et à mesure du temps, ma pédagogie a quelque peu évoluée, puis drastiquement le jour où je me suis aperçu que je ressentais sur mon corps des douleurs, des tensions, des sensations qui appartenaient à l’élève que je faisais travailler sur l’instant. Ou parfois, c’était des images, des sons, des noms, tout un tas d’informations qui me traversaient, et qui faisaient sens dans la vie de mes élèves. Je constatais également qu’en utilisant ces informations (images, sons, mots, sensations…) ma pédagogie s’en trouvait améliorée car cela me permettait de débloquer la voix de mes élèves avec une rapidité incroyable, et les aidaient à progresser beaucoup plus aisément et rapidement qu’avec un professeur classique qui se serait contenté de mesurer les éléments « physiques » de la voix.

Ce fut un sujet très étrange pour moi car, bien qu’ayant longtemps expérimenté la voyance et la médiumnité, c’était la première fois que je vivais ces phénomènes de résonance physiques et mentaux. Bien entendu, cela surprenait autant mes élèves que moi-même, mais la fin justifiant les moyens, je décidais d’employer cet outil plus intensément encore, me forgeant au passage une réputation de « prof extraterrestre » (dixit mes élèves) mais à l’efficacité plus que prouvée (ce qui ne manquait pas de faire enrager mes collègues enseignants qui butaient parfois pendant des mois sur des problèmes techniques que je savais résoudre en quelques minutes de cours…).

Plus tard, je rencontrais une femme qui, sans le savoir, allait changer ma vie : Evelyne Da Silva. Cette thérapeute vivant dans un petit village d’Alsace, allait m’aider à mettre des mots sur ces phénomènes que je vivais, puis à les préciser, à les pousser plus loin encore. Je rejoignais ses stages de formation au clair-ressenti afin de travailler ces facultés parapsychiques qui s’étaient involontairement manifestées (et je parvenais au passage à quelques résultats tout particulièrement brillants, comme des expérimentations de télépathie de groupe lors desquelles je captais les pensées immédiates de deux ou trois personnes en même temps, ce qui n’était jamais arrivé auparavant dans ses cours).

Au retour de ces stages, je forgeais petit à petit ma propre méthode de traitement, avant de donner naissance à ce qui s’appelle aujourd’hui la « Méthode TIPS ». Cette méthode, dont l’acronyme TIPS signifie « Traitement Intuitif PsychoSomatique » est une forme de traitement holistique, c’est-à-dire analysant le corps physique, le mental, l’émotionnel, l’énergétique, le présent de la personne, sa perception de l’avenir ainsi que tous les évènements passés de sa vie, que son corps a gardés en mémoire.

www.methode-tips.com

Cette méthode permet de soulager les douleurs physiques (tendinites, entorses, canal carpien, céphalées, sciatiques…), les entraves mentales (obsessions, phobies…), les fardeaux émotionnels et leurs conséquences (tout le panel des pathologies dites psychosomatiques), les blocages instinctifs (infertilité, pulsions suicidaires, boulimies, anorexies…) ou encore les déséquilibres énergétiques (fatigue, surexcitation, absence de créativité, intolérance, compassion exacerbée…)

Comme l’indique son nom, la Méthode TIPS me permet de travailler « intuitivement », c’est-à-dire – comme je l’ai expliqué dans mon livre « Développer son Intuition – Les Bases » – de vivre ou revivre sur mon corps et dans ma tête, des évènements vécus par le consultant dans son histoire passée, afin de les traiter pour que son corps se guérisse par lui-même (dans la mesure du possible) et le libérer des entraves du présent. Le postulat de base étant que notre corps n’oublie jamais rien, et que tout ce que l’on vit a un impact sur lui (n’en déplaise aux organismes tel que la Miviludes qui, dans leur ignorance, considèrent ces théories issues d’un courant sectaire) il est alors possible de décoder les pathologies en retrouvant les causes émotionnelles, mentales ou physiques. Ainsi, en séance, je reverrais mentalement un ou plusieurs évènements faisant partie du passé du consultant, ou bien je ressentirais sur mon propre corps les blocages qui l’entravent. Cette méthode permet également de dépasser les limites des thérapies classiques (sans néanmoins s’y substituer en aucun cas !) car elle permet de remonter dans la mémoire émotionnelle du patient jusqu’avant la mise en fonctionnement de sa propre mémoire cérébrale (par exemple, lors de sa vie fœtale) mais aussi dans la mémoire de ses ascendants (parents, grands-parents, ancêtres, mémoire collective…) et de retrouver les souvenirs qui ont « formaté » l’enfant venu au monde, afin de les traiter.

Toutes les séances sont à chaque fois différentes, mais toujours passionnantes. Lorsque je traite une personne, j’ai la sensation d’être comme Thésée remontant le fil d’Ariane. Je ne sais pas quel chemin je dois prendre. Mais je sais qu’il y aura une issue logique. Et en effet, lorsque je retrouve l’évènement à l’origine du problème présent – ce que j’appelle un engramme – celui-ci se trouve toujours être une source logique de la problématique, et se révèle souvent très significatif pour le patient qui s’en souvient.

Vous êtes également expert en lieux hantés. En quoi consiste une expertise et pourquoi fait-on appel à vous pour ce genre de prestation ?

Ces expertises sont tout à fait fascinantes, et représentent l’aspect à la fois le plus difficile mais aussi le plus palpitant de ma pratique. Le but est simple : je me rends dans des maisons, ou sur des lieux de vie divers, là où les habitants ont manifesté un mal-être, des sensations étranges ou des phénomènes inexpliqués, et je fais office d’expert dans le but d’en trouver les raisons (souvent la présence d’entités, de nœuds énergétiques, d’empreintes engrammées ou d’énergies résiduelles) puis de nettoyer les lieux afin de permettre aux habitants d’y vivre en toute quiétude.

Il arrive que ces expériences soient très difficiles, pour ne pas dire bouleversantes, car parfois certains lieux sont chargés d’une histoire tout à fait sordide ou violente, et que ma présence provoque de nouveaux phénomènes inexpliqués. Mais l’expertise est de très loin la pratique que je préfère, et si je ne devais plus pratiquer qu’une seule activité, ce serait celle-ci que je garderais.

Vous venez d’éditer un livre « Développer son intuition – Les Bases ». A qui s’adresse ce type de manuel et pourquoi ?

Kevin Meunier :Ce manuel s’adresse à toutes les personnes qui manifestent un tant soit peu le désir de comprendre leur corps, leur mental, et la petite voix qui leur parle parfois (ou, plus simplement, qui désire la réveiller !) Ce manuel se veut un ouvrage pratique très simple à lire et à expérimenter, avec des exercices ludiques à faire seul ou à plusieurs, afin de développer son intuition et toutes les branches qui en découlent, comme la voyance, la télépathie, la médiumnité, la psychométrie ou autre…

Commander le livre en ligne

J’avais très envie d’écrire ce livre non pas dans un réel but éditorial, mais simplement car à chaque rencontre avec un nouvel élève ou un nouveau consultant, cette sempiternelle question revenait inlassablement : « Mais comment tu fais ?! » J’ai donc pensé qu’il était peut-être temps de mettre les choses au point sur ma pratique, car écrire cet ouvrage m’a permis de décortiquer ma manière de fonctionner et d’accéder à mon intuition, puis d’en faire profiter un grand nombre, de sorte que chacun puisse découvrir que l’intuition est présente à chaque instant de notre vie, et qu’il suffit de s’écouter pour s’en rendre compte.

L’objectif principal que je m’étais fixé à l’époque était d’écrire un ouvrage facile à comprendre, avec des exercices simples à pratiquer, mais aussi d’effectuer un véritable travail de vulgarisation. Je suis allergique aux superstitions, aux croyances mystiques sans fondement, et aux « Madame Irma » toutes de mystère drapées qui s’entêtent à couper leur tarot de la main gauche et à le bénir à la pleine lune sans qu’elles-mêmes n’en sache les raisons ! De même, je balayais copieusement les préjugés quant aux prétendus « dons » hérités de « dieu » (ou de tout autre bonhomme omnipotent bien planqué derrière les nuages). Ce que je trouve « confortable » dans ma situation présente, c’est que je peux me permettre de faire ce genre d’iconoclasme sans remord, car mes qualités dans le domaine du paranormal sont aujourd’hui reconnues, alors que je ne suis ni croyant, ni mystique, et que surtout, je ne mets jamais un seul pied ni dans une église, ni dans une mosquée. Je suis très pragmatique, très cartésien, j’ai besoin de factuel et d’accréditation avant d’adhérer à un point de vue, et je ne me laisse pas éblouir par de grandes envolées lyriques. Ainsi, pour les personnes qui pensent qu’il faut être un « protégé de dieu », ou du moins un adepte bien servile, je peux prouver qu’une fois encore, cette croyance a autant de fondement que celle qui dit qu’il est dangereux de croiser un chat noir ou de passer sous une échelle : elle n’a de valeur que pour celui qui y croit.

Pour ceux qui souhaitent s’initier au développement de l’intuition ou aux pratiques divinatoires, vous organisez des formations. Que peut-on développer exactement, apprendre et à qui s’adressent-elles ?

Ces formations s’adressent à trois catégories de gens. La première concerne les lecteurs s’étant procuré mon ouvrage, c’est-à-dire les personnes désireuses d’en savoir plus sur l’intuition, sur le corps, le mental, le processus d’accession aux informations parapsychiques et de la petite voix intérieure. La deuxième catégorie concerne les personnes désireuses d’aider leurs proches (professionnellement ou non) à l’aide d’une méthode de traitement et d’aide (Méthode TIPS) facile à pratiquer et de manière efficace. Et enfin la troisième catégorie… concerne les gens curieux, qui ont vu de la lumière et se sont dit qu’il serait sympa de venir jeter un œil !

Lors de la préparation de notre interview, vous évoquiez de nombreux projets : écriture d’un livre, réalisation d’un oracle, évènements autour de la voyance… Pouvez-vous nous dire plus sur vos projets ?

Je ne pourrais pas vous en dire beaucoup plus que ce que vous venez de citer, car je garde mes projets bien au chaud tant qu’ils n’ont pas été finalisés. Mais pêle-mêle, citons par exemple le second tome de la série « Développer son Intuition », ainsi qu’un jeu de divination dessiné par mes soins, de nouvelles expertises de lieux « hantés » qui feront l’objet de comptes-rendus publiés sur mon site internet… et beaucoup d’autres choses encore, mais gardons quelques secrets !

Une journée avec Kevin Meunier, c’est quoi ?

Une dose de vitamine C géante ! Pour me suivre, il vaut mieux avoir la forme ! Je passe mes journées à courir, voyageant sans cesse entre Paris, la Picardie, l’Alsace, l’Auvergne, la Suisse, la Belgique… bref, partout où l’on me demande et où je peux être utile ! Mais disons qu’une journée normale se caractérise par des pratiques très simples et somme toute assez communes. Je commence la journée en lisant mes mails reçus la veille ou en matinée (et le nombre de courriers est exponentiel !), puis je me mets au travail soit sur l’un de mes ouvrages en cours, soit dans le cadre de consultations privées.

J’aime également passer beaucoup de temps avec mes amis, car ils sont mon équilibre et ma deuxième famille. Cependant, bien qu’ils apprécient aussi ma présence et que nos sorties soient baignées de rires, à mes côtés se produit un étrange phénomène : j’agis en quelque sorte comme une espèce d’amplificateur à facultés parapsychiques, ce qui signifie que si vous avez quelques prédispositions pour la voyance par exemple, et que vous passez une journée avec moi, vous aurez toutes les chances du monde d’être assailli de visions ! Et il n’est pas rare qu’en ma présence, mes amis (ou les membres de ma famille) se mettent à voir les esprits, à les ressentir, à avoir des visions du passé ou de l’avenir, à entendre les pensées des autres, et j’en passe. Néanmoins, cela rend la vie de tout le monde tellement plus passionnante, et mon entourage étant à présent prévenu des « effets secondaires » qu’il y a à me fréquenter, nous en jouons et n’hésitons pas à pratiquer des lectures de médiumnité ou de voyance à 4 ou 6 mains !

Enfin, quand vient le soir, je prends un repas léger (je ne mange que bio et végétarien) puis je fais après chaque repas une marche rapide d’environ 4 ou 5 kilomètres, ce qui me permet de me débarrasser des énergies parasites qui ont pu se coller à moi pendant la journée, mais aussi pour me changer les idées et me retrouver seul avec moi-même. C’est d’ailleurs lors de cette marche que j’emploie le plus mon intuition, et souvent dans ces instants-là que je reçois un grand nombre de visions et de prédictions.

 

Kevin Meunier

Médium, thérapeute, coach et tarologue

Consultation en cabinet, par téléphone et par email

téléphoneParis 11

sitewww.kevinmeunier.com/

téléphone06.99.85.37.70.

adresse mail

 

 

La Rédaction

La Rédaction

Equipe rédactionnel du site Guide de la Voyance à votre écoute.

Contact : 01.75.43.91.17

http://www.guidedelavoyance.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *